cpoint of views.ch 235h8509   copie

Décès de Jean-Claude Nicolet, le premier prix Gaïa

A La Chaux-de-Fonds, en ce 8 janvier 2018, celui que les puristes de l’horlogerie considéraient comme ‘le dernier des grands orlogeurs’, vient de faire ses ultimes adieux… Citation inédite retrouvée.

Par Joël A. Grandjean
Contributeur

Le nombre des élèves de cet ancien professeur d’horlogerie? En tous cas plusieurs dizaines de grandes personnalités horlogères du moment. Pour n’en citer que trois, qui me viennent spontanément à l’esprit, Jean-Daniel Dubois, actuel CEO de Vaucher Manufacture, Arnaud Tellier, ancien conservateur du Patek Philippe Museum, Carole Forestier-Kasapi, Responsable du développement des mouvements haute-horlogerie chez Cartier…

Jean-Claude Nicolet devant l'horloge très compliquée ©point-of-views.ch

L’humilité des plus grands

A plusieurs reprises, j’ai écrit sur lui, m’étonnant à chaque fois du peu de place qu’il occupait dans les médias. Cet esprit supérieur, humble et croyant, pétri d’un bon sens qui sied aux êtres libres issus des rigueurs montagnardes du haut du canton de Neuchâtel, je n’hésitais jamais à le citer, à le mettre en avant. Je l’avais même convaincu de se prêter à une séance photo, lui qui, par nature, fuyait la lumière des projecteurs. Le sensible Grégory Maillot, photographe, était tombé sous le charme, il l’avait su le saisir en mode vrai, authentique. Un échange, plus que qu’une série de prises de vue.

Jean-Claude Nicolet face à l'oeuvre inachevée ©point-of-views.ch

De son érudition, Jean-Claude Nicolet ne faisait que rarement état, quand bien même sa bibliographie se dresse aujourd’hui comme une pierre angulaire du savoir horloger et de sa transmission. Certes, il a écrit sur le temps, son ouvrage La Pendulerie reste la référence en la matière. Mais il écrivit aussi sur son époque avec Miettes de Vie, ou sur Calvin, une autre de ses passions, avec la transcription en français modernisé du Traité des Scandales. Parfois, il arrivait qu’il me remette quelque manuscrit, le fruit d’une réflexion en cours, d’un sermon - il lui arrivait de prêcher dans son église -, ou peut-être d’un début de livre. Ainsi m’avait-il remis le texte de la conférence qu’il avait donnée sur Ferdinand Berthoud au MIH, le Musée International d’Horlogerie de La Chaux-de-Fonds (Publié sur Watchonista en 2 fois, partie 1, partie 2). Il s’était soudainement étonné de son manque de notoriété, au regard d’autres noms de la même époque. Alors, et c’était une partie de sa nature, il était monté au créneau et avait joué à sa manière les ‘redresseurs de torts’.

Jean-Claude Nicolet devant chez lui ©point-of-views.ch

La foi en héritage

En ces heures tristes où les souvenirs se bousculent, tandis que se déroule au Cimetière de la Chaux-de-Fonds sa cérémonie funéraire, je ne peux m’empêcher de vous livrer quelques perles issues de cette correspondance. Comme cette phrase qui faisait écho à un célèbre vers de Lamartine: «Il est vrai que les belles heures paraissent toujours trop courtes et qu’on voudrait bien les arrêter et c’est encore une des misères de la condition humaine que le bonheur paraisse court et la souffrance, la maladie, la prison et l’ennui interminables.»

Jean-Claude Nicolet face à l'oeuvre inachevée ©point-of-views.ch

Jean-Claude Nicolet s’est éteint, au terme d’une de ces maladies qui s’en prend à l’esprit, à la mémoire. Pensées à sa famille. «Nous voyons nos années s’évanouir comme un son» me rappelait-il, citant un verset des psaumes. Ou encore, ce verset du livre du prophète Osée, «La venue du Seigneur est aussi certaine que celle de l’aurore». Lui qui, depuis le dernier étage de sa Ruelle de l’Aurore, sur les hauts de La Chaux-de-Fonds, continuait d’inventer et de simplifier l’horlogerie mécanique jusqu’à ce que ses mains engourdies ne puissent plus maîtriser son tour, jusqu’à ce que, finalement, son esprit en proie à un processus de déficience, ne le trahisse jusque dans ce home, le privant de mémoire et de souvenirs. Il avait fait de la Bible son livre de chevet. Et de la mort, un point de passage pour l’Eternité. En héritage ci-dessous, une citation de lui, jamais encore publiée.

Jean-Claude Nicolet remontant un tourbillon ©point-of-views.ch

Jean-Claude Nicolet, l’ultime citation

«Durant 5 ans dans l’industrie horlogère et 37 ans dans l’enseignement, j’ai traqué le temps. J’ai cherché à le conserver dans des garde-temps, (les chronomètres), à le mesurer avec des chronographes, à le maîtriser au moyen de régulateurs. Hélas, ce combat je l’ai perdu; le temps est resté le même, mais lui m’a marqué de son sceau: le vieillissement. Je ne sais toujours pas ce qu’est le temps. Je sais seulement que deux événements peuvent arriver simultanément ou successivement. Quand ils arrivent successivement, on dit que du temps s’est écoulé. D’accord, mais c’est quoi le temps? Une grosse bougie allumée le soir est presque entièrement consumée pendant la nuit. Le temps produit donc de l’usure. Le temps fait des vieux, mais fait-il des sages? Et après tout, le temps existe-t-il? Je ne l’ai jamais rencontré. Aucun de mes sens n’est sensible au temps. Je ne le vois pas, ni ne l’entends. Il est inodore, incolore, insipide comme l’eau et s’écoule comme elle. Ce temps impalpable et invisible me meurtrit. Chaque heure qui passe me blesse au passage et la dernière me tuera. Je ne m’en inquiète pas trop, puisque cette dernière qui tue est aussi celle qui m’introduira dans l’éternité bienheureuse, certes inconnue, mais attendue».
Jean-Claude Nicolet en 1993

Prix Gaïa

Premier artisan-créateur à recevoir en 1993 cette suprême marque de reconnaissance, le maître horloger Jean-Claude Nicolet est suivi dans la même catégorie par: François-Paul Journe (1994), Michel Parmigiani (1995), Philippe Dufour (1998), George Daniels (2001) ou Anthony G. Randall (2003). Des sommités qui lui vouaient reconnaissance et respect.

Inédit: Jean-Claude Nicolet raconte Ferdinand Berthoud (1727-1807) - Part 2

Par Joel GrandjeanRédacteur en Chef
Un ancien professeur d’horlogerie, Jean-Claude Nicolet, considéré par les puristes comme «le dernier des grands orlogeurs»,...

Inédit: Jean-Claude Nicolet raconte Ferdinand Berthoud (1727-1807) - Part 1

Par Joel GrandjeanRédacteur en Chef
Jean-Claude Nicolet, l’ancien professeur d’horlogerie, celui que d’aucuns considèrent comme «le dernier des grands orlogeurs...

Prix Gaïa 1993 – Jean-Claude Nicolet. Catégorie Artisanat-Création

Récompensé pour l'ensemble de son œuvre et son apport au monde de la mesure du temps comme horloger, pendulier, enseignant ainsi que...