Jean-Claude Nicolet Tells Ferdinand Berthoud

Inédit: Jean-Claude Nicolet raconte Ferdinand Berthoud (1727-1807) - Part 1

Jean-Claude Nicolet, l’ancien professeur d’horlogerie, celui que d’aucuns considèrent comme «le dernier des grands orlogeurs», me remet le texte d’un exposé donné en 2003 au MIH. Extraits historiques, jamais encore publiés!

Par Joel Grandjean
Rédacteur en Chef

Son sang d’enseignant horloger ne fait qu’un tour à la lecture, 20 années avant sa conférence au Musée International d’Horlogerie de La Chaux-de-Fonds en mars 2003, d’un article dans le quotidien local l’Impartial sur Ferdinand Berthoud. Jean-Claude Nicolet se souvient: «Le journaliste avait trouvé en Hollande un petit livre intitulé ‘L’Art de conduire les horloges et les montres’, livre écrit, disait-il, par un certain Ferdinand Berthoud. Il ajoutait que vu le nombre de Berthoud d’origine neuchâteloise habitant notre région, ce Ferdinand Berthoud pourrait bien être un horloger de chez nous. Dommage ajoutait-il qu’on ne sache rien de lui!»

Ferdinand Berthoud Ferdinand Berthoud

Or, passé l’envie de morigéner l’ignorant journaliste, Jean-Claude Nicolet réalise, à sa grande confusion, qu’en fait, il n’en savait guère plus que lui, mise à part l’inscription élogieuse que l’on peut lire sur son monument situé près du Temple de Couvet (Canton de Neuchâtel en Suisse, Val de Travers). Certes, il sait que c’est un horloger remarquable, mais au fait, qu’a-t-il réalisé? Il prend conscience que l’école qui l’avait formé et dans laquelle il officie comme professeur ne lui a légué aucun indice. Nul n’est prophète en son pays? Ferdinand Berthoud n’échappe pas à la règle. «On m’avait enseigné la règle de Pierre Leroy, le réglage Breguet, le calibre Lépine, l’échappement d’Arnold, celui de Graham, l’échappement à cylindre, et celui de Thomas Mudge devenu après quelques avatars, l’échappement à ancre suisse. J’avais entendu parler de Christian Huygens de Robert Hooke, d’Edouard Philips de Jules Grossmann et de beaucoup d’autres, mais jamais de Ferdinand Berthoud!»

Jean-Claude Nicolet the last orologeur Jean-Claude Nicolet

Jean-Claude Nicolet se lance donc un passionnant exposé dont voici quelques morceaux choisis:

Qui est Ferdinand Berthoud, qu’a-t-il fait de remarquable?

A fouiller d’anciens documents, à lire la biographie que le Musée a éditée, on s’aperçoit que l’homme est célèbre mais controversé. Il semble que chaque fois qu’on lui attribue une invention, quelqu’un vient dire «détrompez-vous, ce n’est pas son mérite». Est-il le père de la chronométrie de marine? - Leroy et surtout Harrison peuvent prétendre l’avoir devancé. Fit-il des montres extraordinaires? -Celles de Breguet les surpassent en élégance, en modernité… A-t-il inventé l’échappement à détente-ressort? - Randall a montré qu’il n’en était rien. A-t-il découvert l’erreur secondaire de la compensation? - Oui dit Defossez, non dit Gould. Il n’a jamais utilisé le terme. A-t-il inventé l’isochronisme? - C’est une qualité qui ne s’invente pas mais qu’on atteint plus ou moins bien! Quant à la compensation thermique, elle n’est pas de lui. Elle a été menée à sa quasi-perfection 100 ans plus tard, par son compatriote fleurisan Charles-Edouard Guillaume.

Essai sur l'horlogerie tome 2 Essai sur l'horlogerie tome 2 par Ferdinand Berthoud (crédits photo: gallica.bnf.fr)

Ferdinand Berthoud grand écrivain, mauvais orateur?

Je veux témoigner en sa faveur par quelques arguments irréfutables. Outre son mérite purement horloger dont nous reparlerons, Ferdinand Berthoud a été sans doute le plus grand écrivain-horloger du point de vue pratique et technique. Avant cela, j’essayerai de cerner la personnalité de ce grand bonhomme. Les Neuchâtelois nous le savons ne sont pas habiles orateurs. Notre parler est lent et un peu lourd, peu délié. Nous cherchons nos mots. Ce n’est pas le feu d’artifice, le pétillement de l’esprit français. Nous avons gardé de notre appartenance à la Prusse un peu de la lourdeur allemande. L’écriture nous convient mieux que le parler comme moyen d’expression, car on peut y mettre tout son temps, revenir en arrière et supprimer ce qu’on avait l’intention de dire.

Jean-Claude Nicolet Jean-Claude Nicolet

Probablement assez peu disert et parlant un français teinté d’accent neuchâtelois, Ferdinand Berthoud devait quelque peu trancher sur les courtisans de Louis XVI. Je pense qu’il ne faut pas chercher ailleurs les raisons qui ont permis à Ferdinand Berthoud de traverser en France, sans problème et avec un égal bonheur, trois régimes politiques fort différents, lui, un étranger et de surcroît protestant. Il était sans doute assez peu bavard avec cependant une vitalité extraordinaire qui le poussait à entreprendre toujours de nouveaux travaux qui auraient tué un homme moins robuste que lui.

Traité des horloges marines Ferdinand Berthoud Traité des horloges marines Ferdinand Berthoud (crédits photo: gallica.bnf.fr)

Mauvais orateur? C’est presque certain. Les gens peu expansifs ont peu d’ennemis et personne ne craint ceux qui sont incapables d’enflammer les foules. Il est plaisant de rapporter une anecdote significative: au faîte des honneurs, alors qu’il était membre de l’Académie des sciences, il arrivait à Berthoud  de faire des conférences horlogères à ses collègues. On a retrouvé ce quatrain que l’un d’eux avait glissé à son voisin lors d’une conférence de Berthoud: «Berthoud quand de l’échappement / Tu nous traces la théorie / Heureux qui peut adroitement / S’échapper de l’Académie!»

Prochaine diffusion, part 2: Biographie de Ferdinand Berthoud

Ferdinand Berthoud 2019, FB 1 : Les chefs-d’œuvre d’Or

Par Benjamin TeisseireContributeur
Ce grand nom de l’histoire de la chronométrie – célèbre pour ses chronomètres marins au 18ème siècle – a resurgi en 2015 grâce à la passion...

Décès de Jean-Claude Nicolet, le premier prix Gaïa

Par Joël A. GrandjeanContributeur
A La Chaux-de-Fonds, en ce 8 janvier 2018, celui que les puristes de l’horlogerie considéraient comme ‘le dernier des grands orlogeurs’,...

Inédit: Jean-Claude Nicolet raconte Ferdinand Berthoud (1727-1807) - Part 2

Par Joel GrandjeanRédacteur en Chef
Un ancien professeur d’horlogerie, Jean-Claude Nicolet, considéré par les puristes comme «le dernier des grands orlogeurs»,...

Interview: Karl-Friedrich Scheufele sur le lancement de Ferdinand Berthoud

Par Alexander FriedmanCo-fondateur - Business Development
Co-président de Chopard, Karl-Friedrich Scheufele s’éprend d’un horloger de légende, Ferdinand Berthoud. Mu par une passion...

Ferdinand Berthoud, le retour d’un chronométrier de marine

Par Vincent DaveauRédacteur France
Le retour sur le devant de la scène d’un horloger illustre a toujours quelque chose de fantastique car le métier, dans ces conditions, se...

Prix Gaïa 1993 – Jean-Claude Nicolet. Catégorie Artisanat-Création

Récompensé pour l'ensemble de son œuvre et son apport au monde de la mesure du temps comme horloger, pendulier, enseignant ainsi que...