fancesco

Prix Gaïa 2012 – Francesco Garufo. Catégorie Histoire-Recherche

Le jury du prix Gaïa a souhaité distinguer le chercheur et l'historien qui a su apporter un nouveau regard sur le monde de l'industrie horlogère et celui de ses acteurs premiers, les ouvriers.

Historien au parcours atypique, Francesco Garufo, a soutenu en juin 2011 une thèse de doctorat, en cotutelle entre l'Institut d'histoire de l'Université de Neuchâtel et l'Université de technologie de Belfort-Montbéliard (FR) intitulée "L'emploi du temps, l'industrie horlogère suisse et l'immigration". L'intérêt de l'approche historique de l'horlogerie par le lauréat est son travail fondamental sur l'importance de l'apport des immigrés, principalement des femmes, dans l'essor de cette industrie dès les années 60.

Sa carrière

D'origine italo-hispanique par ses parents, immigrés en Suisse d'abord à Zurich puis au Landeron, c'est un peu par simplification que Francesco Garufo entreprend une formation de peintre en bâtiment dans l'entreprise paternelle, métier qu'il pratiquera tout en reprenant des études en soirée pour l'obtention d'une maturité fédérale.

Son envie d'apprendre, son intérêt pour l'histoire le pousse alors à poursuivre brillamment ses études à l'Université de Neuchâtel, études conclues par son doctorat en 2011.
Parallèlement à ses études, Francesco Garufo a été rédacteur à temps partiel de 2000 à 2006 à la rédaction italienne de Swiss txt.

Actuellement il est chargé d'enseignement et collaborateur scientifique auprès de l'Institut d'histoire de l'Université de Neuchâtel.
En 2011, Francesco Garufo, fort d'une expérience quasi décennale dans l'enseignement aux adultes, crée une société spécialisée dans la formation à la communication (Actaes Sàrl).

Ses travaux

Trop nombreux pour être tous évoqués ici, il suffit de savoir qu'il n'a pas participé à moins d'une quinzaine de colloques, qu'il en a organisé plusieurs, apportant toujours une contribution en lien étroit avec sa spécialisation en histoire des migrations, des syndicats et plus largement en histoire économique et industrielle de l'Arc jurassien.
De nombreux articles publiés dans des ouvrages collectifs ou autres ont émaillé sa jeune carrière.
Une liste non exhaustive de ceux-ci est intégrée au présent dossier.

Le Prix Gaïa pour Francesco Garufo

Le prix Gaïa constitue pour le lauréat une importante reconnaissance des travaux menés pendant plusieurs années sur l'histoire de l'horlogerie, grâce au soutien des organisations patronales (notamment de la Convention patronale de l’industrie horlogère), des syndicats ouvriers (UNIA), d’entreprises horlogères (Tissot SA) et de nombreux particuliers.

Publications

  • Boillat Johann, Garufo Francesco, «De la protection à la promotion: aux sources du Swiss made horloger (1924-1980)», in Decorzant Yann, Heiniger Alix, Reubi Serge, Vernat Anne (dir.), Le Made in Switzerland : mythes, fonctions et réalités, Bâle : Schwabe, 2012, p. 209-226.
  • Garufo Francesco, L’emploi du temps : l’industrie horlogère suisse et l’immigration (1930-1980), thèse de doctorat, Université de Neuchâtel- Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, 2011.
  • Garufo Francesco, «De l’impact des mutations technologiques:
  • interchangeabilité et composition de la main-d'œuvre horlogère», in Collectif, De l’unique à la série: l’interchangeabilité. Actes de colloque, La Chaux-de-Fonds : Editions Institut l’homme et le temps, 2011, p. 316-328.
  • Garufo Francesco, «La libéralisation de l’horlogerie ou les limites de la cartellisation (1951-1971)», in Cortat Alain, Contribution à une histoire des cartels en Suisse, Neuchâtel : Alphil – Presses universitaires suisses, 2010, p. 165-184.
  • Tissot Laurent, Garufo Francesco, Daumas Jean-Claude, Lamard Pierre (dir.), Histoires de territoires. Les territoires industriels en question, XVIIIe- XXe siècles, Neuchâtel: Alphil – Presses universitaires suisses, 2010.
  • Garufo Francesco, «Les politiques de main-d'œuvre dans l’horlogerie de l’Arc jurassien suisse: entre immigration et décentralisation (1945-1975)», in Tissot Laurent, Garufo Francesco, Daumas Jean-Claude, Lamard Pierre (dir.), Histoires de territoires. Les territoires industriels en question, XVIIIe-XXe siècles, Neuchâtel: Alphil – Presses universitaires suisses, 2010, p. 169-191.
  • Garufo Francesco, «Travail frontalier et segmentation du marché de l’emploi horloger: le cas de Tissot SA (1960-1980)», Géo-Regards 2 (2009), p. 23-37.
  • Garufo Francesco, «Horlogerie et travailleurs étrangers: la libéralisation du marché de l’emploi face aux limitations cartellaires et publiques», in Donzé Pierre-Yves, Fior Michel, Transitions historiques et construction des marchés : mutations et contre-mutations dans l’économie suisse aux XIXe et XXe siècles, Neuchâtel : Alphil – Presses universitaires suisses, 2009, p. 87-110.
  • Garufo Francesco, Besson Roger, «La Coupe du Monde 1954 et la prise en charge de ses spectateurs: le point de vue des organisateurs», in Bancel Nicolas, David Thomas, Ohl Fabien, Le football en Suisse : enjeux sociaux et symboliques d’un spectacle universel, Neuchâtel: CIES, p. 47- 67, 2009.
  • Garufo Francesco, «Abondances et disettes» et «La question sociale», in Tissot Laurent, Bujard Jacques, Le Pays de Neuchâtel et son patrimoine horloger, Chézard-Saint-Martin: Ed. de la Chatière, p. 247-255 et p. 271-280, 2008.
  • Garufo Francesco, «Les travailleurs frontaliers», in Collectif, Le Val-de- Travers: une région, une identité, Hauterive: éditions Gilles Attinger, p. 273-276, 2008.

Prix Gaïa 2012 – Franco Cologni. Catégorie Esprit d’Entreprise

Le jury du prix Gaïa a souhaité distinguer une personnalité hors pair qui a œuvré sa vie durant au rayonnement de l'...

Prix Gaïa 2012 – Eric Coudray. Catégorie Artisanat-Créations

Le jury du prix Gaïa a reconnu dans les travaux du lauréat une maîtrise totale et innovante de la construction horlogère, faisant de l...