eric coudray

Prix Gaïa 2012 – Eric Coudray. Catégorie Artisanat-Créations

Le jury du prix Gaïa a reconnu dans les travaux du lauréat une maîtrise totale et innovante de la construction horlogère, faisant de l'improbable une réussite technique.

Eric Coudray, issu d’une lignée d’horlogers, débute son apprentissage d’horloger au LEP Jules Haag de Besançon, suivi d’un CFC d’horloger rhabilleur au Technicum Neuchâtelois de La Chaux de Fonds, finalisé par un diplôme de technicien en restauration d’horlogerie ancienne au Musée international d’horlogerie. Durant sa formation il met déjà son esprit créateur au service de ses ambitions de constructeur. C'est ainsi qu'il réalise en 1982 une pendulette tétraèdre.

Sa carrière

Après avoir travaillé quelques années dans un atelier aux environs de Paris, c'est à la manufacture Jaeger-LeCoultre qu'il peut mettre ses compétences au service de la recherche en construction horlogère.
De 1989 à 2008, il participe à la mise au point et à la fiabilisation des calibres, principalement pour les montres géographiques, la Reverso répétition minutes et le chronographe Reverso. Il œuvre sur tous les produits de la manufacture, des calibres miniatures aux pendules Atmos. Sous la houlette d’Henri-John Belmont, il crée un atelier indépendant permettant de donner libre court à son ingéniosité. C’est dans ce contexte que Jaeger-LeCoultre présente en 2002 l’Atmos régulateur, puis l’année suivante l’Atmos mystérieuse, une pièce unique en or et onyx.

Jaeger-LeCoultre Master Gyrotourbillon

Parallèlement, dès 2001, il commence la conception d’un mouvement original qui lui a donné une notoriété de premier ordre: le premier Gyrotourbillon. Un tourbillon avec une double cage qui permet au balancier d’évoluer dans une sphère. Ce calibre doté d’un quantième perpétuel et d’une équation du temps voit le jour dans la Master Gyrotourbillon 1 sortie en 2004. Il améliore ce concept en imaginant la Reverso Gyrotourbillon 2 réglée par un spiral cylindrique. Sa fréquence plus élevée lui a permis d’obtenir le deuxième prix de chronométrie au concours du Locle en 2009.

L’horloger constructeur

Évoluant depuis 2008 au sein d’une petite équipe d’horlogers pour les montres Cabestan à l’Orient, Eric Coudray relève le défi de fiabiliser le tourbillon vertical du modèle Winch qui peut ainsi être produit en petite série.

Depuis janvier 2012, le mouvement est placé dans une boite maison baptisée Trapezium.
Cette montre a obtenu le prix du design Award lors du dernier GTE. Le tourbillon vertical n’a plus besoin d’un accessoire pour le remonter car il est doté d'une nouvelle couronne - clef escamotable - développée par ses soins.

Cabestan Trapezium

Le Prix Gaïa pour Eric Coudray

Au début j'ai pensé que c'était une plaisanterie. Puis j'ai dit à ma femme que c'était un prix pour vieux, elle m'a répondu qu'il fallait que je me rende à l'évidence.
Après je me suis intéressé aux personnes l'ayant déjà eu, il y a du beau monde. Cela m'a fait prendre conscience que tous ce dur travail réalisé durant ces 30 dernières années n'était quand même pas rien. Ce prix peut aussi représenter un nouveau départ, peut- être faciliter la création d'une nouvelle marque à mon nom? Je ne sais pas, mais de toute manière, je suis fier de l'avoir car dans mon esprit je n'ai rien fait pour l'avoir, et c'est une belle reconnaissance de la profession.

Prix Gaïa 2012 – Franco Cologni. Catégorie Esprit d’Entreprise

Le jury du prix Gaïa a souhaité distinguer une personnalité hors pair qui a œuvré sa vie durant au rayonnement de l'...

Prix Gaïa 2012 – Francesco Garufo. Catégorie Histoire-Recherche

Le jury du prix Gaïa a souhaité distinguer le chercheur et l'historien qui a su apporter un nouveau regard sur le monde de l'industrie...