Prix Gaïa 2019 – Laurent Tissot. Catégorie Histoire-Recherche
Prix ​​Gaïa
[Communiqué de presse]

Prix Gaïa 2019 – Laurent Tissot. Catégorie Histoire-Recherche

Le jury du Prix Gaïa rend honneur à Laurent Tissot pour sa contribution au renouvellement de la connaissance de l'histoire économique, sociale et culturelle de l'horlogerie suisse au niveau académique par l'impulsion de nombreux travaux de recherche, par l'abondance de ses publications et par sa force communicative.

Sa carrière

Né à Fribourg le 5 février 1953, Laurent Tissot fréquente le Collège Saint-Michel à Fribourg, jusqu’en 1974. Il poursuit ensuite ses études à l'Université de Lausanne, où il décroche une licence ès sciences politiques en 1978 et un doctorat en 1987 en travaillant sur les archives de l'entreprise Paillard à Yverdon. Entre les deux, il a été assistant de recherche du Prof. Grüner à l'Université de Berne puis assistant du Prof. André Lasserre à l'Université de Lausanne. Sa formation en science politiques et économiques se double d’une spécialisation en histoire. Laurent Tissot devient premier assistant à l'Université de Lausanne (1986- 1988, 1991-1992) ainsi que suppléant du prof. André Lasserre (1986-1987). S’ensuit une bourse du Fonds national et une expérience auprès de la London School of Economics and Political Science - Business History Unit.

Laurent Tissot construit sa carrière académique en franchissant patiemment toutes ses étapes. Chargé de cours à l'Université de Fribourg dès 1994, puis maître- assistant (1995-1998), professeur associé (1999-2002), directeur de recherches (2002-2006) et enfin profes- seur ordinaire (2006-2018) à l’Université de Neuchâtel.
 

Laurent Tissot

Engagé dans de très nombreuses instances locales comme internationales, il assume notamment la président du conseil scientifique de l'Institut l'Homme et le Temps à La Chaux-de-Fonds (1999-2006), mettant sur pied colloques et publications. Il occupe encore le poste de vice-doyen de la Faculté des Lettres de l'Uni- versité de Neuchâtel de 2007 à 2009 et celui de doyen de 2009 à 2011.

Son engagement

Dès les années 1990, Laurent Tissot met sa spécialisation d’historien-économiste et son dynamisme au profit du développement de la connaissance de l'histoire de l'industrie horlogère. Durant plus de 20 ans, il entreprend, par ses propres recherches et à travers la direction de travaux de chercheurs et de groupes de chercheurs, par l'organisation de colloques et par de nombreuses publications, un renouvellement complet de l’historiographie économique, sociale et culturelle de l’horlogerie suisse, souvent mythifiée par le passé. Après les travaux pionniers de François Jequier et son ouvrage sur la Fleurier Watch Co, le travail de Laurent Tissot apporte un élément supplémentaire à l'histoire de l'horlogerie. Il a notablement œuvré pour le développement de l'histoire de l'horlogerie en tant que discipline académique. Dans cette optique, il devient l'un des principaux rénovateur de l'histoire de l'horlo- gerie suisse selon les perspectives actuelles de recherche. Tout au long de sa carrière, il milite pour un décloisonnement de l'histoire technicienne de l’horlogerie et pour la mise en perspective de l'histoire de l'horlogerie dans les problématiques économiques et sociales nationales et internationales (notamment à l'échelle de l'Arc jurassien franco-suisse), permettant une compréhension plus complète et plus fine des spécificités de la branche. La grande majorité des recherches récentes dans ce domaine ont été effectuées sous sa direction: histoire générale de l'industrie horlogère dans l'histoire économique de la Suisse, histoire de la recherche et développement, histoire des migra- tions dans l'industrie horlogère, histoire du cartel hor- loger, histoire des districts industriels, etc.

Grâce à sa capacité de conviction et à ses réseaux personnels, il a aussi permis à de nombreux étudiant-e-s et doctorant-e-s d’ouvrir les portes des entreprises horlogères pour en sortir une histoire inédite. Loin d'être enfermé dans une tour d'ivoire que peut être l'Université, ses contacts privilégiés avec l'industrie ont contribué au développement de la sensibilité de plusieurs marques pour la préservation de leur patrimoine. Au-delà de ses propres intérêts de recherche, il a su faire une place à l’horlogerie dans les champs de re- cherches connexes de ses collègues notamment dans des disciplines comme la sociologie, l’économie régionale, l’ethnologie et l'étude des migrations.

La montre MIH Gaïa pour préserver les savoir-faire horlogers locaux

Par Watchonista
Alors que le concours Gaïa, récompensant les personnalités marquantes de l’horlogerie va célébrer sa 25ème édition, le Musée International d’...
[Communiqué de presse]

Prix Gaïa 2019: Suzanne Rohr, Laurent Tissot et Karl-Friedrich Scheufele

Par Watchonista
Le Prix Gaïa du Musée international d'horlogerie (MIH) récompense chaque année des carrières extraordinaires accomplies dans le domaine de l'...
[Communiqué de presse]

Prix Gaïa 2019 – Karl-Friedrich Scheufele. Catégorie Esprit d'Entreprise

Le jury du Prix Gaïa distingue Karl-Friedrich Scheufele pour l'essor et la reconnaissance internationale qu'il a su donner à l'entreprise...
[Communiqué de presse]

Prix Gaïa 2019 – Suzanne Rohr. Catégorie Artisanat-Création

Le jury du Prix Gaïa distingue Suzanne Rohr pour son rôle pionnier, sa persévérance et son indépendance dans l'apprentissage, la maîtrise et la...