Hands-On With The Latest MB&F Horological Machine, the HM N°9 ‘Flow’

MB&F Horological Machine N°9, ‘Flow’, l’aérodynamisme horloger

Depuis son lancement en 2007 avec la HM1, la collection Horological Machines de MB&F offre des garde-temps innovants, originaux qui allient le meilleur de la tradition horlogère et repoussent les limites du design. Avec la HM9 ‘Flow’, Max Busser livre une nouvelle création inspirée de la recherche aérodynamique des années 40’ et 50’.

Par Benjamin Teisseire
Éditeur et développement commercial

Design hors-normes

C’est une turbine. C’est un vaisseau spatial. C’est un avion à réaction. C’est une voiture de course futuriste. C’est tout cela à la fois selon l’angle de vue. C’est un objet d’art, fruit de l’esprit fertile de Max épaulé par tous ses ‘friends’ pour arriver à donner vie à une idée folle. Comme il explique lorsque les premiers dessins ont été esquissés, les partenaires de fabrication ont tous répondu en choeur : impossible à réaliser. Les courbes, les volumes, tant de la boîte que des 4 verres saphir, sont tellement accentués que leurs réalisations à nécessiter l’exploration de nouvelles normes et techniques de fabrication. On retrouve des clins d’oeil à ses prédécesseurs : la HM6 Space Pirate et ses dômes de saphir, la HM4 et ses turbines, la HM8 et ses barres polies. Mais aussi à la collection Legacy Machine avec ses bras incurvés polis miroir servant de pont de balanciers.
 


Cette HM9 ‘Flow’ est une synthèse de la fluidité aérodynamique des années 40’ et 50’, quand la recherche esthétique était encore la seule source d’inspiration du design. Le résultat est fascinant : à la fois d’une complexité extrême et d’une fluidité rare. Les rondeurs des courbes donnent un volume impressionnant accentué par l’épaisseur des glaces saphir travaillées en véritable loupe. Le boîtier en titane grade 5 est réalisé d’un seul bloc et combine des éléments fraisés dans le saphir. L’affichage de l’heure se fait sur un cadran disposé à la perpendiculaire ce qui a demandé l’invention d’un joint d’étanchéité tridimensionnel breveté qui court tout le long de la boîte et vient englober le pourtour du cadran.
 


Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? De son propre aveu, un boitier sur deux est éliminé à la production pour atteindre les critères requis. Mais quelle réussite !
 

De multiples univers au poignet

Une fois prise en main, on ne peut s’empêcher d’inspecter l’objet sous tous les angles. On identifie tout de suite l’inspiration Streamliner de l’époque. On voit les lignes d’un avion à la carlingue fuselée. Une fusée, un vaisseau spatial sont bien là aussi avec les deux nacelles sur les côtés. Les lignes épurées d’un bolide de course peuvent aussi être identifiées avec son cockpit central. Et le cadran inséré dans sa bouche de réacteur apporte la dernière touche : un visage comme un instrument de mesure aérien pour la version ‘Air’ ou une face plus Art-Déco évoquant un compteur de voiture ou un réveil de table pour la version ‘Road’. Plus on regarde, plus on se laisse entrainer dans ces différents univers. Les HM ont cette capacité à réveiller l’enfant qui sommeille en nous et à nous faire rêver, à nous projeter dans ces mondes d’aventure.
 


Cette HM9 nous en offre d’innombrables. Il n’y a plus réellement d’avant et d’arrière, de face, de dos, de dessus et de dessous. Cela devient un jouet que l’on découvre et auquel on s’attache plus sa complexité se révèle. La sensualité des courbes appelle la caresse. L’épaisseur des glaces saphir et leur bombé, qui évoquent des gouttes d’eau, accentuent l’impression de fluidité du design. C’est beau, c’est doux, c’est fascinant. Les cockpits des nacelles, le ‘capot’ central et le fond ont tous des glaces qui débordent au-dessus de la structure ajoutant encore au volume et à l’envie de toucher cet objet unique. Les fournisseurs de saphir sont devenus fous pour arriver au résultat souhaité. Ce fut peut-être même la partie la plus compliquée à mettre en oeuvre selon les dires de Max et son équipe.
 

Un moteur efficace

Arriver à condenser autant de références dans un si petit espace est une véritable prouesse. Il a fallu pour cela créer un mouvement particulièrement dense et efficace. Il a nécessité 3 ans de développement en interne. On retrouve le double balancier avec différentiel planétaire, comparable au système de la Legacy Machine N°2. Chaque oscillateur est logé dans une nacelle indépendante disposée de chaque côté de la structure. On retrouve les bras en acier poli au-dessus de chaque organe réglant. Le contraste avec les finitions - avec traitement NAC noir profond ou en or rose mat - est saisissant.
 


Les glaces saphir en goutte d’eau permettent d’admirer ce ballet chronométrique hypnotisant. Les balanciers sont animés de manière indépendante et séparés dans l’espace afin qu’ils oscillent chacun à leur propre fréquence de 2,5 Hz (18'000 A/h). Le différentiel central assure l’affichage de l’heure et des minutes en faisant la moyenne de ces deux sources pour une chronométrie optimisée. Afin de verticaliser l’affichage, les données sont transmises au cadran par une roue conique que l’on aperçoit clairement au fond du cockpit central. Un barillet unique délivre une réserve de marche de 45h à ce mouvement à remontage manuel.
 

Des finitions superlatives

L’alternance des finitions satinées et polies sur la boîte accentue admirablement les courbes élégantes du garde-temps. La lumière réfléchie intensifie les angles et crée un mouvement perpétuel dont émane une fluidité extraordinaire. L’effet loupe des glaces saphir permet d’admirer les finitions des mouvements, des ponts, des rouages et de la platine. Il rajoute encore de la rondeur à ce vaisseau horloger. À l’arrière du fuselage central, les profondes cannelures de la couronne de remontage et de mise à l’heure assurent une prise en main facile et une cohérence esthétique avec l’ensemble du design.
 


Etonnement, ce nouvel objet horloger MB&F, bien qu’imposant avec ses 57mm x 47mm x 23mm, se révèle tout à fait portable grâce à la légèreté du titane et à ses courbes sensuelles. Il nous transporte dans un monde fait d’aventure et de performance. Cette HM N°9 ‘Flow’ est une création fidèle aux codes de la famille : atypique, original, chargé d’émotions et d’excellence horlogère. Du grand MB&F que les collectionneurs amateurs de la marque ne voudront certainement pas rater.
 


Deux versions limitées à 33 exemplaires chacune sont disponibles : “Road” avec un mouvement en or rose et cadran type indicateur de vitesse et “Air” avec un mouvement en NAC anthracite et cadran type aviation.
 

MB&F LM Flying T : Pour l’Amour des femmes

Par Benjamin TeisseireÉditeur et développement commercial
Maximilien Büsser, fondateur de MB&F en 2005, crée des Horological Machines qui sont autant des jouets pour homme que des pièces d’art horloger....

MB&F MoonMachine 2: Voyage dans l'espace et le temps

Par Barbara PalumboJournaliste
La lumière de la lune est celle du soleil projetée sur la terre. Avec cette machine miniature affichant la première phase de lune projetée au monde, présente...

MB&F, la HM8 Can-Am débarque avant l’heure

Par Joel GrandjeanRédacteur en Chef
Les HM - Horlogical Machines de Maximilian Büsser ne se suivent pas toujours toutes et parfois se ressemblent. Décidément, ce chantre de la...