The Lindbergh Hour Angle Watch Ref. L2.678.4.11.00

Longines, une Lindbergh jubilaire, 90 ans après…

J’installe cette Lindbergh Hour Angle Watch à mon poignet, je ferme les yeux. Mon esprit est emporté par un tourbillon d’images fortes, historiques. Défile alors sous mes yeux la fascinante histoire des pionniers de l’aviation.

Par Joël A. Grandjean
Contributeur

Un calibre mécanique, en l’occurrence ici le L699.2, a-t-il le droit de bousculer ainsi le cours d’une journée tranquille? Il dégage en tout cas, à partir de ses 28'800 alternances par heure, une fréquence vibratoire qui malmène quelque peu mon quotidien de sédentaire. Cette montre jubilaire bien présente – elle  assume sans complexe ses 47.50 mm de diamètre –, a vraiment décidé d’occuper mon imaginaire et de m’offrir un total dépaysement. Hop, elle m’entraîne pour un voyage dans le temps qui durera presque quatre tours de cadrans puisque sa réserve de marche est de 46 heures et puisque je reste immobile durant tout le trajet. Presque deux jours à rêver, tout éveillé, deux jours à me promener tantôt sur l’argenté brossé circulaire de son cadran principal, tantôt à même les profondeurs galvaniques de son cadran central.
 

L’envol hallucinant de Charles Lindbergh

Faisait-il preuve d’un zeste d’inconscience, dans l’aube traversée de crachin, lorsqu’il donna l’ordre d’enlever les cales? Son avion, le Spirit of St. Louis, se trouvait à l’extrémité de Roosevelt Field, les roues engoncées dans un sol argileux humide. A quoi pense donc le pilote Charles Lindbergh, ce 20 mai 1927, à 7h52 du matin, lorsque son avion décolle de l’aéroport Roosevelt pour rejoindre Paris et son seul aéroport de l’époque, le Bourget? S’imagine-t-il qu’il réussira le premier vol transatlantique en solitaire et sans escale et, 5’850 kilomètres et trente-trois heures et demie plus tard, après avoir tant lutté contre le sommeil qu’il en aura même des hallucinations, que son nom entrera dans l’Histoire? 
 

Il est tout jeune, il a 25 ans, on le dit timide, discret. Il a certainement réussi à chasser de son esprit le récent échec de son confrère René Feinte, pourtant considéré comme «le plus grand de tous les as de la guerre» et, plus tragique, l’incompréhensible disparition de Charles Nungesser et François Coli, deux aéronautes embarqués une quinzaine de jours plus tôt dans la tentative d’un pareil exploit. Sûr qu’il dut tutoyer la mort à plusieurs reprises. Reste qu’il est accueilli en héros, qu’on s’extasie qu’il ait préféré, dans sa phase préparatoire, troquer le poids représenté à bord par un parachute et une radio contre un surplus de carburant. Côté vivres, il avait aussi opté pour le strict minimum, embarquant deux sandwichs et quelques barres chocolatées…
 

Un statut d’icône pour des fonctions utiles

Alors tout s’enchaîne. Charles Lindbergh est devenu star. Et Longines, la marque horlogère suisse de Saint-Imier, qui se trouve être le chronométreur officiel de la FAI – la Fédération Aéronautique Internationale – et donc à ce titre qui participe à l’homologation de cet incroyable exploit, accepte de donner vie à son esquisse d’une montre appelée à devenir un réel instrument de navigation aérienne: la montre même qu’il aurait rêvé d’avoir au poignet au moment où son esprit égaré par la faim et le manque de sommeil, lui fit voir sous forme d’hallucinations, des êtres elfiques accrochés aux ailes de son avion. Un objet tangible, un roc temporel. Une pièce telle que la marque horlogère suisse est capable de développer, à partir d’un simple dessin, de quelques explications. De ce dessin de Charles Lindbergh naîtra donc cette montre qui, par ses fonctionnalités et sa fiabilité, vous rattache à la réalité, coûte que coûte.
 

Toutes ces images, et leur charge d’imaginaire, se concentrent donc en 2017 dans la pièce que la Manufature imérienne vient de me proposer pour un test au porté. Aiguilles Breguet, classicisme maîtrisé. Grâce à des degrés et des minutes d’arc, la longitude s’y trouve indiquée. Une lunette tournante en acier PVD noir, permet de corriger manuellement l’équation du temps, à savoir la différence entre le temps vrai, celui du soleil, et le temps convenu, celui adopté par les Etats. Les yeux toujours clos, je joue avec, je la tourne. Mes doigts effleurent ensuite la couronne anglaise, dont la proéminence de taille se prête à l’usage ganté. Des gants que j’imagine assortis au cuir brun, type aviateur, du bracelet avec bouclettes et brin de rallonge. 
 

Personnel au sol, le rêve et l’élégance

Quelle que puisse être ma compréhension limitée des complexes calculs horaires, temporels et longitudinaux que cet instrument de mesure devenu objet de désir me propose, j’en apprécie l’esthétique rétro stylistique. Teintes et couleurs ont ce petit supplément d’âme, qui font que les poussées de stress de la vie moderne glissent sur son intemporalité comme cristaux en formation sur les ailes du mythique monoplan de Grinbergh affichant 8 m 40 de long pour 14 m d’envergure. Un oiseau volant pesant à vide 975 kg et 2330 kg avec son plein de carburant qui n’en finit pas de planer sur l’histoire de l’aéronautique et sur ses grands pionniers.
 

L’incroyable épopée inscrite à jamais dans mes rêves, célèbre en 2017 son 90 anniversaire. The Lindbergh Hour Angle Watch, cette montre étanche à 30 mètres que j’aurais peine à rendre, l’atteste. Légère, puisque taillée dans du titane grade 5, elle m’aura offert son lot d’émotions presque séculaires: ces conversations enflammées avec des passionnés d’horlogerie mais aussi avec des aficionados du ciel.

 Tel ce nouveau pilote, contaminé par mes soins par un virus horloger tenace, qui me propose, en guise d’adhésion, un trajet céleste avec à son bord – et à son poignet s’entend – ce concentré d’histoire. Une petite balade dans les nuages, avec comme point de chute, un atterrissage au Bourget. Vendu!

Et recevez chaque semaine une sélection personnalisée d'articles.

Mayday, Mayday: Quatre montres de pilotes sans avoir à voguer dans les airs

Par Barbara PalumboJournaliste
Si la peur ou les sous vous ont empêché à ce jour de voler sereinement, et que vous n’êtes toujours pas prêt à vous confesser sur ce sujet. Une seule...

Longines à la corde au Kentucky Derby

Par Josh ShanksRédacteur Etats-Unis
La 144ème édition des “Deux minutes les plus intenses d’une course hippique” n’a pas déçu. Gardien du temps à Churchill Dows ?...

Longines Heritage Military COSD: que d'émotions!

Par Benjamin TeisseireContributeur
La marque Longines remet au goût du jour son histoire si riche en proposant une série de pièces vintage, dont la Longines Heritage Military...

La Longines Heritage 1973. Ne poussez pas!

Par Angus DaviesContributeur
Il y a quelques mois, un grand supermarché du nord de Londres a dû être fermé et demander l'intervention de la police et des ambulanciers pour une vente...

Longines Avigation Watch Type A-7 1935, l’envie de voler

Par Joel GrandjeanRédacteur en Chef
Une fois installé à mon poignet, ce chronographe s’est mis à titiller les souvenirs enfouis d’une tranche de mon enfance pass...

Longines annonce la création du Longines Lindbergh Award récompensant un pionnier ou un aventurier

Le 16 juin 1927, Charles Lindbergh reçoit à New York un prix de 25 000 $ offert par Raymond Orteig, récompensant l’accomplissement...

Il y a 90 ans, Longines chronométrait l’incroyable traversée transatlantique en solo de Charles Lindbergh

Cette année, Longines célèbre le 90e anniversaire du premier vol transatlantique en solo sans escale, réalisé par Charles...

BASELWORLD 2017: Longines lance The Lindbergh Hour Angle Watch 90th Anniversary

Cette année, Longines célèbre le 90e anniversaire du premier vol transatlantique en solo sans escale, réalisé par Charles...

Longines Lindbergh Award

The Longines Lindbergh Hour Angle Watch

The Lindbergh Hour Angle watch 90th Anniversary