george daniels

Prix Gaïa 2001 – George Daniels. Catégorie Artisanat-Création

Récompensé pour l'ensemble de son œuvre aussi bien technique, scientifique qu'historique, pour ses créations horlogères, sa littérature et ses innovations qui ont donné à l'horlogerie d'aujourd’hui une dimension universelle.

Formation

Horloger

Œuvres choisies

  • The Art of Breguet, Londres, 1975
  • Fabrication de montres mécaniques à complications.
  • Invention de l'échappement co-axial.

L'avant Gaïa

Passionné dès son plus jeune âge par le mécanisme des montres, George Daniels ne peut en raison de la situation économique de sa famille ainsi que des circonstances historiques entreprendre un apprentissage d'horloger. En 1944, à 18 ans, il est engagé dans l'armée britannique. Tout en accomplissant pendant trois ans et demi son devoir, il pratique en autodidacte sa passion et répare montres et horloges pour des tiers.

Ce revenu supplémentaire combiné avec sa solde lui permet de faire des économies et il pourra, rendu à la vie civile, acheter l'outillage dont il rêvait. Durant trois ans il va suivre des cours du soir sur la théorie et les mathématiques de l'horlogerie.

Il fonde alors une entreprise de réparation et de restauration d'horlogerie ancienne et moderne. Bientôt il entre en contact avec la Maison Breguet, Place Vendôme à Paris et son propriétaire d'alors, George Brown. Il est alors amené à s'intéresser à celui qui deviendra son “maître” en horlogerie. Il reconstruit deux pendules à trois roues selon des plans d'Abraham-Louis Breguet conservés dans les archives de l'entreprise.

En 1967, il se décide à fabriquer ses propres montres inspirées du célèbre horloger du XVIIIe siècle. Pour rendre hommage à ce grand maître, il écrit un magistral ouvrage avec 350 illustrations et 110 dessins, L'Art de Breguet, paru à Londres en 1975. L'arrivée des montres à quartz conforte son idée de produire de la grande horlogerie mécanique et de développer de nouveaux mécanismes. Il étudie la conception d'un nouvel échappement dans le but de donner encore plus de précision à ses garde-temps. Ses recherches aboutissent avec la création de l'échappement co-axial qui selon lui amène plus de précision et nécessite un entretien moindre en raison de l’absence de lubrifiant. Cet échappement est actuellement industrialisé par la marque Omega et équipe certains de ses modèles.

George Daniels a construit au cours de sa carrière une trentaine de montres de poche à complications: répétitions minute, montres astronomiques, chronographes, calendriers perpétuels, thermomètres, réserve de marche, tourbillons et autres. Outre leur complexité technique, elles ont comme particularité leur esthétique qui s'inspire des modèles d'Abraham-Louis Breguet.

La carrière de George Daniels est couronnée de très nombreuse distinctions et il est en outre Docteur Honoris Causa de l'Université de Londres.

L'après Gaïa

Pour célébrer l'entrée dans le troisième millénaire, Georges Daniels a produit dans ses ateliers 50 montres à calendrier automatique avec un échappement co-axial. Par ailleurs, son œuvre se poursuit toujours en relation à sa passion pour l'horlogerie.

Prix Gaïa 2001 – Catherine Cardinal. Catégorie Histoire-Recherche

Récompensée pour l'ensemble de son œuvre comme auteur d'ouvrages de référence en horlogerie et comme conservateur...

Prix Gaïa 2001 – Rolf Schnyder. Catégorie Esprit d’Entreprise

Récompensé pour son rôle d'entrepreneur au sein d'une des plus importantes marques horlogères dont il a su, grâce...