jean luc

Prix Gaïa 1996 – Jean-Luc Mayaud. Catégorie Histoire-Recherche

Récompensé pour ses études historiques sur l'horlogerie et la micromécanique dans la région de Franche-Comté.

Formation

Historien

Œuvres choisies

  • Besançon horloger, 1793-1914, Besançon, 1994.
  • Horlogeries: le temps de l'histoire, In: Actes du Séminaire du Groupe franco-suisse de recherche en histoire de l'horlogerie et des microtechniques (Neuchâtel-Besançon, 1993-1994), Besançon, 1995.
  • Les migrants horlogers suisses de Franche-Comté dans le premier XIXe siècle, In:  Communication et circulation des informations, des idées et des personnes, Institut d'informatique de la Faculté des sciences,  Lausanne, 1995.

L'avant Gaïa

Après sa formation universitaire, Jean-Luc Mayaud enseigne l'histoire contemporaine à la Faculté de géographie, histoire, histoire de l'art et tourisme de l'Université Lumière-Lyon 2.

Bisontin d'origine, Jean-Luc Mayaud est un chercheur européen qui mène de nombreuses études sur l’histoire de l'horlogerie et des microtechniques dans la Franche-Comté des 19ème et 20ème siècles, dont la plupart ont abouti à des publications.

Il est l'auteur d'une riche nomenclature d’articles concernant les migrants horlogers suisses en Franche-Comté. L’étude des actes de sociétés comme sources d'histoire horlogère, ainsi que l'étude de réseaux et aires de financement de l'industrie comtoise au 19ème siècle sont également ses thèmes de recherches. Il faut mentionner l'ouvrage paru en 1994 sous le titre "Besançon horloger 1793-1914"  et édité par le Musée du Temps de Besançon à l’occasion du bicentenaire de l’industrie horlogère bisontine.

Les 3 lauréats : Günter Blümlein, Vincent Calabrese et Jean-Luc Mayaud

Jean-Luc Mayaud est aussi un des membres fondateurs du Groupe franco-suisse de recherches en histoire de l'horlogerie et des microtechniques qui lie les Universités de Neuchâtel, de Besançon et de Lumière-Lyon 2.

Les travaux de Jean-Luc Mayaud s'inscrivent parfaitement dans les préoccupations scientifiques du Centre d'étude “Institut l'homme et le temps” du Musée international d'horlogerie. Ils apportent aux chercheurs maintes lumières sur l'historiographie de l'horlogerie suisse et française, en s'appuyant sur des cas précis concernant l'étude de la production locale et des marchés.

L'après Gaïa

Après l'obtention du Prix Gaïa, Jean-Luc Mayaud continue ses recherches en histoire horlogère mais la plus grande part de ses travaux concerne l'étude de la France rurale dont il est devenu un spécialiste. Il est toujours professeur d'histoire contemporaine à l'Université Lumière-Lyon 2 et occupe le poste de Directeur de l'Institut d'Etudes rurales-SEREC. En plus de ses activités de chercheur, il est rédacteur en chef de la revue RURALIA. Parmi ses dernières publications importantes, nous pouvons citer l'ouvrage intitulé La petite exploitation rurale triomphante: France XIXème siècle (1999) et Gens de la terre, la France rurale, 1880-1940 (2002).

Prix Gaïa 1996 – Vincent Calabrese. Catégorie Artisanat-Création

Récompensé pour un indéniable talent qui a poussé cet autodidacte, à développer ses compétences en horlogerie...

Prix Gaïa 1996 – Günter Blümlein. Catégorie Esprit d'Entreprise

Récompensé pour son talent d'entrepreneur qu'il a su mettre au service de trois entreprises qui, grâce à lui et à ses...