henri louis belmont

Prix Gaïa 1993 – Henry-Louis Belmont. Catégorie Histoire-Recherche

Récompensé notamment pour son ouvrage capital sur l'échappement à cylindre et pour l'aide précieuse qu'il a apportée dans l'établissement de l'inventaire des machines du Musée international d'horlogerie.

Formation

Technicien-horloger

Œuvres choisies

  • La Bulle-Clock: horlogerie électrique, Besançon, 1975.
  • L'échappement à cylindre: 1720-1950, le Haut-Doubs centre mondial au XIXe siècle, Besançon, 1984.
  • La montre - méthodes & outillages de fabrication du XVIe au XIXe siècle: de la naissance de la montre à la période proto-industrielle, Besançon, 1991.

L'avant Gaïa

Au terme de sa scolarité, Henry Louis Belmont opte pour des études commerciales. Cependant, sa passion pour l'horlogerie l'amène à entreprendre une formation à l'Ecole nationale d'Horlogerie de Besançon. Au bout des quatre années d'études, il obtient brillamment le diplôme de technicien-horloger.

Fort de cette formation, il débute dans la vie professionnelle active au sein de la maison Lip et accède au poste de directeur technique quelques années plus tard. Il reste dans cette société jusqu'en 1949. Ambitieux et volontaire, il décide ensuite de fonder sa propre entreprise, Yema, qui connaît un essor remarquable par l'introduction de la montre mécanique française aux USA et au Canada. Toujours à l'écoute et à la recherche de l'innovation, il crée la société Sormel automation et robotique, car il estime que l'avenir d'une entreprise horlogère moderne ne peut se passer de l'automatisation.

Les 3 lauréats : Jean-Claude Nicolet, Adndré Margot et Henri-Louis Belmont

En 1982, Henry Louis Belmont se retire du monde industriel productif et quitte Yema et Sormel. Ainsi, libéré de ses contraintes professionnelles, il peut se consacrer à ses activités de chercheur, collectionneur et historien se rapprochant ainsi du monde muséal et notamment du Musée international d'horlogerie. Il conseillera d’ailleurs sa direction lors de la constitution de la collection d'outillage pour la fabrication de l'échappement à cylindre, sujet qu'il maîtrise parfaitement. Pour mieux transmettre les richesses de l'histoire de l'horlogerie, il écrit de nombreux ouvrages et au travers de chacune de ses publications le lecteur découvre des personnages géniaux souvent méconnus voire inconnus.

Le 4 décembre 1978, un événement majeur marque la vie d'Henry Louis Belmont. Ce jour-là, Monsieur le Président Edgar Faure lui remet, en présence de Monsieur Deniel, préfet de région et de représentants de l'horlogerie française et helvétique, la Légion d'Honneur. Cette distinction prouve l'importance de ses apports à l’industrie horlogère et à l’histoire de l’horlogerie.

L'après Gaïa

Il poursuit ses recherches et continue à se passionner pour tout ce qui touche au monde de l'horlogerie et garde des contacts avec le Musée international d'horlogerie. Henry Louis Belmont est décédé en 2002. Le monde de l'horlogerie perd alors un de ses meilleurs défenseurs.

Prix Gaïa 1993 – André Margot. Catégorie Esprit d’Entreprise

Récompensé pour la qualité de son engagement pendant 10 ans (1983-1993) à la tête de la Fédération de l’...

Prix Gaïa 1993 – Jean-Claude Nicolet. Catégorie Artisanat-Création

Récompensé pour l'ensemble de son œuvre et son apport au monde de la mesure du temps comme horloger, pendulier, enseignant ainsi que...