andre margot

Prix Gaïa 1993 – André Margot. Catégorie Esprit d’Entreprise

Récompensé pour la qualité de son engagement pendant 10 ans (1983-1993) à la tête de la Fédération de l’industrie horlogère suisse dont il réorganisa et consolida l'action comme société faîtière de l'industrie horlogère suisse suite à la fusion opérée avec la Chambre suisse d'horlogerie

Formation

Ingénieur forestier

Oeuvre choisie

- Présidence de la Fédération de l'industrie horlogère suisse.

L'avant Gaïa

Après l'obtention de son diplôme d'ingénieur forestier de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, il occupe un poste d'assistant en économie et politique forestière, avant d'être nommé Inspecteur forestier d'Arrondissement du district de Grandson.

Mais, rapidement sa carrière prend une autre direction par le biais de circonstances familiales qui l'amènent à entrer dans le monde de l'industrie horlogère. Il lie alors sa destinée à celle de la Nouvelle Fabrique Election SA à La Chaux-de-Fonds, en qualité de directeur. Dans un deuxième temps, il devient administrateur, puis directeur administratif de Portescap toujours dans la même ville.

Les 3 lauréats : Jean-Claude Nicolet, André Margot et Henri-Louis Belmont

La gestion d'une entreprise employant plus de mille personnes et aux activités complexes lui ont permis dans ses multiples contacts à tous les niveaux, de représenter avec force et conviction les intérêts non seulement des géants de l'horlogerie, mais aussi ceux des petites et moyennes entreprises qui portent loin dans le monde la réputation de leurs produits. En raison de cette riche expérience professionnelle, il est élu et nommé président de la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH) en 1983. Il est considéré comme l'homme de la situation, car en plus de son passé d'industriel, il est rompu aux problèmes des négociations par sa participation à la commission plénière de la Convention patronale. Il est aussi membre du Syndicat patronal des producteurs de la montre qu'il a présidé de 1979 à 1982 ainsi que de l'Union syndicale des Associations patronales suisses et du Vorort de la Chambre suisse de Commerce à Zurich.

Durant sa présidence de la FH, André Margot doit faire face aux problèmes de concentration, de réorganisation et aussi à des cures d'amaigrissement de l'organisation centrale.

Malgré les pressions de toute nature allant de la démission de grands groupes horlogers à l'organisation d'une dissidence, André Margot parvient à la fin de son mandat en 1993 à remettre à son successeur une Fédération solide et performante représentative de l'ensemble de l'industrie suisse qui a ainsi retrouvé sa place dans le marché mondial. Après dix années passées à la tête de la Fédération, le bilan de son œuvre est des plus positifs.

En plus de cette activité, il est nommé Président du Comité permanent de l'Horlogerie européenne.

L'après Gaïa

Sa retraite arrivée, André Margot se retire du monde industriel, mais il est certain qu'il continue à s'intéresser à l'évolution de l'industrie horlogère suisse.

Et recevez chaque semaine une sélection personnalisée d'articles.

Prix Gaïa 1993 – Henry-Louis Belmont. Catégorie Histoire-Recherche

Récompensé notamment pour son ouvrage capital sur l'échappement à cylindre et pour l'aide précieuse qu'il a...