An In-Depth Look at the History and Future of Mathey-Tissot

Mathey-Tissot, l’histoire ininterrompue d’une légende horlogère

Avant le coup d’éclat que cette marque prépare pour Baselworld, il convient de feuilleter l’un des livres d’histoire les plus riches de l’horlogerie suisse. Calibres maison, Elvis Presley, designs iconiques et légitimités esthétiques…

Par Joël A. Grandjean
Contributeur

Tout de même, peut-il y avoir endroit plus reculé au monde? Tout passionné d’horlogerie devrait un jour ou l’autre s’égarer en ces lieux perdus de la planète et parcourir dans le Jura suisse cette vallée de La Sagne et des Ponts. Il arrivera alors au croisement de la route cantonale qui relie le Val de Travers au Locle, c’est-à-dire dans le village des Ponts-de-Martel.
 

Edmond Mathey-Tissot

Terres horlogères reculées pétries d’excellence

Dire que de ces contrées si inaccessibles l’hiver sont sorties quelques pointures horlogères qui transformèrent leur environnement hostile en fourmilière économico-industrielle. Edmond Mathey, qui épousera une fille Tissot, était l’un de ces pionniers de l’époque, capable de maîtriser les complications mères les plus inaccessibles, telles les répétitions-quarts, des garde-temps à sonnerie. Son papier à entête dans les années 1920 l’indiquait à grands renforts de précisions: «Fabrique d’Horlogerie par procédés mécaniques, soignée et compliquée, systèmes brevetés, spécialité de Répétitions à Quarts et à Minutes, avec ou sans chronographe, Pendulettes Mignonettes simples et à répétition, Chronographes Compteurs & Rattrapantes, Automates & Quantièmes…» Autre source de rayonnement, les prix de précision, comme ceux récoltés aux Observatoires de Kew ou de Genève, ou les prix de prestige tel que le «Grand Prix » à l’exposition Nationale à Berne
 

«Grand Prix » à l’exposition Nationale à Berne

Ici, nous sommes dans le territoire de feu la Martel Watch, l’une des fabriques de mouvements où se montera notamment l’El Primero de Zenith et où œuvrèrent les horlogers rhabilleurs Dubey & Schaldenbrand. Dire que dans ces lieux les emplois coulaient à flot, dire que la région cultivait un grand nombre de savoir-faire qui y faisaient converger les commandes des marques les plus mythiques.
 

Papier à en-tête avec dessin de la Manufacture Mathey-Tissot (1800s)

Mathey-Tissot, fournisseur en calibres des plus prestigieuses marques

Les documents retrouvés l’attestent, les ateliers E. Mathey-Tissot & Cie, alias l’entreprise éponyme d’Edmond, recevaient déjà dans les années 1920 des commandes de calibres de Girard-Perregaux & Cie à une époque où dans sa raison sociale figurait encore l’«Ancienne Maison J.F. Bautte & Cie». Des Fabriques des Montres Zenith au Locle, de la Manufacture d’Horlogerie Hy. Moser & Cie installée alors aussi au Locle, de Ulysse Nardin via son successeur Paul D. Nardin, des «Watch Manufacturers & Importers» Baume & Cie (la filiale anglaise de ce qui deviendra Baume & Mercier), de Vacheron Constantin à Genève, de la compagnie biennoise Edouard Heuer & Cie, qui deviendra TAG Heuer, de la Fabrique des Longines, alias Francillon & Cie SA, de Ch. Tissot & Fils SA (marque Tissot), de Movado de La Chaux-de-Fonds ou de Piaget & Co depuis la Côte-aux-Fées. Il y avait également les commandes provenant de Paris, l’horloger Jaeger de la Marine de l’Etat ou Breguet, de Schaffhouse avec l’International Watch Company, IWC, et de la Vallée de Joux avec J.D. LeCoultre.
 

Voici pour les plus connues, auxquelles s’ajoute un florilège d’autres noms, comme l’Union Horlogère avec Alpina notamment, qui parlent aux historiens et parfois aux collectionneurs les plus aguerris. L’état des raisons sociales renseigne sur les époques traversées, sachant que plus tard, dans les années 1980, l’entreprise produira même des montres complètes pour des clients tels que Cartier USA ou, entre les sixties et les eighties, pour Breguet, Sinn et LeCoutre. Bref, Mathey-Tissot traverse de manière ininterrompue ses plus de 130 années d’une histoire luxuriante de laquelle le dernier des descendants du père fondateur se retira en 1975.

Mathey-Tissot adoubée par Elvis Presley

La marque est célèbre, les célébrités la désirent. L’histoire d’Elvis Presley et de l’usage inattendu qu’il fait d’une série très spéciale sur la lunette de laquelle son nom s’étale en toutes lettres, juste quelques douzaines de pièces produites, confère à Mathey-Tissot une indiscutable légitimité en matière de personnalisations horlogères, voire de fabrications sous licence pour des tiers. Encore aujourd’hui, ce modèle, doté d’un certificat d’origine signé de Jimmy Velvet, proche ami d’Elvis, est très recherché. Elle jouait au poignet de son porteur le rôle d’un passe «All-Access» permanent. En effet, celui qui l’arborait pouvait franchir, dans tous les concerts d’Elvis Presley, toutes les barrières sécuritaires, tous les barrages. Jusqu’à se retrouver en back-stage, à se promener dans les coulisses, à côtoyer les loges des artistes, voire même à s’égarer sur un coin de la scène. Le message était clair, ils faisaient partie du cercle des intimes, des proches.
 

La montre Elvis Presley et son coffret original
Certificat pour la montre Elvis Presley de Mathey-Tissot

«Coin watch», designs légitimes et audaces esthétiques

Suivre les ventes sur la Toile, que ça soit en lançant des alertes sur eBay ou d’autres sites qui se nourrissent de la vente de montres vintage, offre au passionné d’horlogerie un aperçu rapide de l’histoire de Mathey-Tissot. Ce qui frappe d’abord, c’est l’incroyable champ des explorations esthétiques, tous ces designs qui portent son nom. Et souvent des formes ou des allures que l’on aurait attribuées à d’autres enseignes plus connues aujourd’hui, évoluant dans le segment du haut de gamme.
 

Mathey-Tissot Coin watch

Le féru d’histoire horlogère le sait, n’en déplaise aux directions marketing préférant les appropriations et les revendications, les tendances, quelles que soient les époques, sont dans l’air. Il y a par exemple cette montre «pièce», un mouvement mécanique ultra fin glissé à l’intérieur d’une pièce de monnaie coupée en deux par sa tranche, que plusieurs marques fabriquèrent. Celle de Mathey-Tissot, se trouve encore traquée par les collectionneurs si l’on en juge l’envolée des prix que ce modèle atteint sur la Toile.
 

Mathey-Tissot Coin Watch

D’ailleurs, à parcourir les sites les mieux référencés pour ce genre de trouvailles, on réalise que la marque et ses modèles historiques reposent sur un capital de notoriété sans pareil. Non seulement les prix témoignent d’un engouement qui va croissant, mais aussi, en matière de capital d’image, la valeur prise par certains modèles constitue un socle solide sur lequel la marque aujourd’hui peut construire ses séries spéciales «Edmond», en hommage au prénom du fondateur ou sa sortie en 2018 d’un chronographe baptisé Type 21.
 

Série spéciale 'Edmond' en homage à son fondateur

Au monde de la «tool watch» l’annonce de la Type 21

Au nombre des discours horlogers les plus porteurs, il y a le territoire des «tool watches», ces «montres instruments» qui, parce qu’elles furent imaginées pour remplir une fonction bien précise, ont gagné en fiabilité et en désirabilité. Et dans ce registre, l’univers des montres pour pilotes s’octroie la palme. Ainsi, chez Mathey-Tissot, l’instrument de vol baptisé Type 20 trouvera son public. Et puisque l’appellation qui n’est pas déposée désigne plus une allure et une fonction qu’un design protégé, de nombreuses marques s’en réfèrent. Les ressemblances sont multiples, les marques à les avoir produites aussi, dont certaines sont, à l’époque de leur fabrication, clientes de Mathey-Tissot.
 

Mathey-Tissot Type 21 chronographe

Si récemment, des marques telles que Breguet et Zenith ont remis leurs Type 20 au goût du jour, jouant à la fois des libertés qu’un design générique autorise et de leurs codes identitaires actuels, Mathey-Tissot, en sympathique hommage légitime à sa Type 20 d’origine, certainement un modèle qui en inspira tant d’autres, lance à Baselworld 2018, en marge d’un coup d’éclat qui devrait aussi lui offrir de belles coulées d’encre médiatique, sa Type 21. Il s’agit d’une interprétation actuelle d’un design iconique dont une version est habitée par un calibre chronographe Dubois Dépraz. A l’image de bien d’autres traces indélébiles que cette marque à laissées dans les annales de l’horlogerie mondiale.

Mathey-Tissot et sa 1886: la nouveauté dont tout le monde parle

Par Joël A. GrandjeanContributeur
L’une des enseignes suisses les plus riches en histoire horlogère et en designs iconiques lance à Baselworld 2018 une création signée Eric Giroud. Un...

Regard personnel sur la montre Omega du King

Par Josh ShanksRédacteur Etats-Unis
La Maison Phillips a prévu pour mai prochain les enchères d’une Omega assez personnelle, celle de la montre d’Elvis. Entre nostalgie de mon...