Horloge à Longitude XXVIII

Le 18ème siècle, une nouvelle ère dans l'horlogerie

Sur la base de mon expérience de presque dix ans auprès des grandes maisons de l'industrie, je pensais en connaître pas mal sur l'horlogerie… jusqu’à ce je me noie dans la découverte de l'horlogerie du 18ème siècle!

Par Audrey Humbert
Contributeur

D'aucuns sont peut-être d'avis que le 18ème siècle n'est "seulement" qu'une approche primitive de l'horlogerie qui n'a fait "que" mener jusqu'au siècle prochain, où les techniques horlogères furent vraiment améliorées. Mais en fait, les innovations du 18ème siècle doivent être étudiées dans un contexte historique plus large et complexe. Le siècle des Lumières s'est terminé par les révolutions françaises et américaines.

La philosophie et la science en général ont connu un intérêt accru. Avec l'importance grandissante des explorations maritimes, les connections entre horlogerie et politique, notamment dans les affaires étrangères, étaient solides.

Jouant un grand rôle dans le jalonnement de la fabrication horlogère actuelle, le 19ème siècle a sans conteste introduit un bon nombre d'innovations techniques captivantes.

Essai sur l'horlogerie tome 2 Essai sur l'horlogerie tome 2 par Ferdinand Berthoud (source: gallica.bnf.fr)

J'ai passé des heures à me documenter, histoire de comprendre chaque innovation et le lien qu'elles partageaient entre elles au-delà des limites matérielles. Ce qui m'a sauté aux yeux, c'est que dans bien des cas, des expériences similaires furent conduites dans plusieurs pays à peu près à la même époque, ce qui a par la suite causé de féroces disputes sur la préséance de certaines innovations.

Au 18ème siècle, l'horlogerie a joué un rôle beaucoup plus important - être pionnier ne suffisait pas pour être reconnu des autorités.

Menées par les grands pays de l'époque, les grandes expéditions sur terre et sur mer ont mis en évidence un manque de bons instruments de navigation. Dès lors commence une compétition féroce entre scientifiques, incluant des astronomes, des mathématiciens et des horlogers.

Harrison H1 Marine Chronometer 1737 Le chronomètre de marine Harrison H1 de 1737

Dès qu’il devint évident que la meilleure technique pour calculer la longitude, et donc se positionner sur une carte, est d'avoir une horloge précise, ils concentrent tous leurs efforts sur la production d'horloges ultra-précises. Après l'échec flagrant des savants légitimes, les horlogers en France ont été de plus en plus considérés comme des scientifiques plutôt que de simples artisans, avec de grandes attentes en découlant.

Afficher l'heure n'était plus la priorité: à sa place, c’est un affichage précis du temps qui porte l'horlogerie civile plus loin, avec des horloges marines devenant de fait des instruments de navigation. Naturellement, les prix offerts par le gouvernement anglais et, plus tard, par l'Académie des Sciences française, ont eu une influence marquée sur cette nouvelle direction. Mais l'argent n'était qu'une partie de la motivation pour résoudre le problème de la longitude. En effet, l'horlogerie civile était une activité bien implantée et lucrative, et la motivation de la plupart des horlogers décidés à résoudre cette équation ne devait donc pas être limitée à l'aspect financier.

Horloge à Longigude XXVIII Horloge à Longitude XXVIII créé par Ferdinand Berthoud

Afin d'améliorer la précision, tous les horlogers ont travaillé sur trois éléments clés:

  • inventer un échappement permettant la roue du balancier d'osciller sans friction
  • trouver comment compenser les variations de température
  • éviter que le fonctionnement des chronomètres soit affecté par le mouvement à bord des bateaux.

Les recherches menées sur ces trois axes ont plus tard donné naissance à des inventions qui ont pu bénéficier des grandes avancées accomplies grâce à un dynamisme global plutôt qu'au dévouement d'un seul individu.

Les plus visionnaires et doués de ces horlogers ont choisi de décrire leurs recherches dans des ouvrages clés. Tel un hommage à ces exploits, ces ouvrages démontrent que l'approche scientifique adoptée n'avait absolument rien de primitif mais était plutôt visionnaire.

Berthoud Essai sur l'Horlogerie vol 1 Berthoud Essai sur l'Horlogerie vol. 1 planche no 11

Toutefois, tout ceci aurait pu être regretté en son temps car cette approche n’a pas été initialement bien reçue. Etant donné que ces horloges marines représentaient une part importante du coût d'un navire, on peut comprendre que l'investissement n'était pas consenti sans raison.

Cependant, du fait de ce coût élevé, directement lié à leur quantité limitée - toutes les horloges marines étaient faites à la main sans aucune aide industrielle - elles étaient confinées à une élite.

Un autre obstacle empêchant les horloges marines à être automatiquement acceptées à bord était le lourd fardeau des traditions.

Horloge à Longitude XXVIII L'Horloge à Longitude XXVIII de Ferdinand Berthoud

Non seulement les horloges marines étaient coûteuses, donc réservées à une élite, mais il y avait aussi le fait que peu de marins connaissaient les théories de la navigation et préféraient des méthodes d'orientation bien établies, qui en sus étaient moins coûteuses.

Ce n'est que plus tard, durant le 19ème siècle, que les chronométriers se sont tournés vers une production standardisée, baissant ainsi le prix unitaire et offrant une disponibilité permettant un usage maritime plus répandu.

Redécouvrir cet héritage sous un angle contemporain semble encore plus logique si l'on considère que ces horloges marines étaient les GPS de l'époque. En fait, les montres connectées pourraient être considérées comme les héritiers légitimes de ce patrimoine.

Pour ma part, ce voyage fascinant ne fait que commencer et j'ai hâte d'entamer le second chapitre de cette partie oubliée de l'histoire, afin de comprendre le rôle relatif de chaque horloger et l'impact que sa contribution individuelle a eu sur le succès collectif.

Première image: Mouvement de l'Horloge à Longitude XXVIII de Ferdinand Berthoud

La Légende de Thomas Mercer, grand chronométrier anglais, part 1

Par Joel GrandjeanRédacteur en Chef
Au nombre des maîtres horlogers que les aventures entrepreneuriales contemporaines font revivre, le chronométrier anglais Thomas Mercer lè...