GPHG 2014 Carine Maillard

Grand Prix d’Horlogerie de Genève, Carine Maillard, Directrice

Le 31 octobre 2014, la directrice officiera lors de la 14ème cérémonie de la remise des prix. En amont, un full-time job pour cette personnalité habitée par sa mission: internationalisation, reconnaissance. Interview.

Par Joel Grandjean
Rédacteur en Chef

Quelles sont les impulsions apportées par Carlo Lamprecht, nommé en 2011 à la Présidence de la Fondation du GPHG?

Carlo Lamprecht est un ambassadeur idéal pour le GPHG. Sa longue carrière politique, son expérience professionnelle et humaine, son charisme et son sens inné de la communication lui ont permis d’entretenir des relations à de nombreux niveaux, qui sont fondamentales pour positionner un événement tel que le nôtre et ont permis le rendre plus «officiel». Il a apporté évidemment de nombreuses impulsions et sa très bonne réputation est en quelque sorte un gage de la transparence de la compétition. L’apport de Carlo Lamprecht à tous points de vue est inestimable.

Il paraît que chaque année, vous refusez du monde à l'entrée du Grand Théâtre de Genève? Avez-vous songé à l'ARENA?

Le Grand Prix d’Horlogerie de Genève est une célébration qui a aujourd’hui ses habitudes. Le Grand Théâtre nous permet de réunir les représentants de l’horlogerie suisse et internationale, leurs invités ainsi que des personnalités des mondes économique et diplomatique dans les meilleures conditions. C’est la plus grande et la plus belle salle dans le centre ville de Genève et la scène se prête bien au type de cérémonie que nous organisons. Nous devrons toutefois choisir un autre lieu l’an prochain, puisque le Grand Théâtre sera en rénovation en 2015.

Côté mise en scène, la partie "show" fait l'objet d'une peoplisation et d'un professionnalisme amélioré? Marques et modèles le méritent-ils? Sur le plan des retombées médiatiques, est-ce que ça paie?

En effet, nous essayons de gagner en qualité et de rendre la cérémonie aussi attrayante et vivante que possible, pour rendre hommage comme il se doit à cet industrie de l’excellence qu’est l’horlogerie.

Une cérémonie de remise de prix peut être rapidement ennuyeuse. La partie «show» apporte la fraîcheur et le souffle nécessaire à cette célébration qui est très attendue chaque année. Les retombées médiatiques sont de plus en plus importantes. La cérémonie est maintenant retransmise en direct sur de nombreux sites horlogers mais aussi sur Euronews.com, ainsi que sur notre chaine de télévision locale Léman Bleu.

Auparavant, on ne le disait pas si indépendant que cela… La création de la Fondation a-t-il redonné au GPHG une vertu?

Depuis la constitution de la Fondation en 2011, nous travaillons en effet à garantir la transparence et l’internationalisation du GPHG. Nous veillons notamment à assurer l’intégrité et l’indépendance de notre jury. Depuis l’an passé, nous l’avons élargi afin de le rendre plus représentatif et parce qu’il nous semblait important d’y ajouter de nouvelles compétences.Ainsi nous avons fait appel à des créateurs qui font autorité dans leurs domaines respectifs: le designer Philippe Starck, le joailler Viren Bhagat et l’architecte Jean-Michel Wilmotte ont rejoint notre jury en 2013, aux côtés d’une vingtaine d’experts horlogers de premier plan. Le jury 2014 réunit 25 membres, de 15 pays différents.

Ces dernières années, le règlement a-t-il évolué? Quels sont les points essentiels porteurs de changement.

Nous avons principalement modifié les catégories et prix afin qu’ils correspondent aux tendances et permettent de saluer l’excellence des créations horlogères dans leur diversité.

L'année passée, le "Prix Revival", une nouvelle catégorie dédiée aux montres Vintage,  a fait son entrée. N'y a-t-il pas en définitive trop de catégories?

Nous adaptons les catégories et prix pour approcher au mieux la réalité de la production horlogère du moment.

Que reste-t-il à faire? L’événement semble être en train de s’internationaliser…

Le GPHG a beaucoup évolué depuis la création de la Fondation. Nous en sommes très heureux et notre tâche consistera principalement à consolider ces acquis dans le futur. Nous souhaitons également poursuivre notre développement à l’international, notamment à travers les expositions itinérantes, qui présentent chaque année dans de nouvelles capitales les montres présélectionnées et finalistes avec un succès grandissant.  Nous développons également notre  présence sur les réseaux sociaux.

Le GPHG contribue à la visibilité de Genève. De grandes enseignes prestigieuses genevoises y contribuent aussi... Pourtant, certaines sont absentes des dernières éditions. Que faut-il faire pour qu'elles reviennent?

L’édition 2014 enregistre une participation record et marque le retour du Swatchgroup. Cela nous encourage et indique que nos efforts sont reconnus. Tous les grands groupes horlogers sont représentés cette année et de nombreuses marques indépendantes sont également présentes. Nous avons gagné en légitimité et espérons que les marques qui s’abstiennent encore se joindront bientôt à nous pour célébrer le 12eme art dans un esprit compétitif mais aussi fédérateur ; telle est notre message et notre vocation.

Sur scène, les hommes politiques prennent de plus en plus la parole. Est-ce qu'il s'agit là, de la part des organisateurs, d'une manière de remercier nos autorités pour le prêt d'une salle mythique genevoise ou ont-ils vraiment un message horloger à faire passer au secteur comme au public...?

Nous sommes en effet reconnaissnants à la Ville et à l’Etat de Genève pour leurs contributions. Depuis 2011 le président de la Confédération ou un des conseillers fédéraux est également présent pour rappeller à toute l’industrie qu’elle peut compter sur le soutien de la Confédération.

Quelle montre porterez-vous le soir de la remise des prix?

Une montre ancienne, sans marque.

GPHG 2014: interview d'Aurel Bacs, président du jury

Par Joel GrandjeanRédacteur en Chef
A la veille de la cérémonie du 31 octobre 2014, cet expert horloger reconnu dans le domaine des ventes aux enchères raconte l’...

GPHG 2014: L’horloger Philippe Dufour en interview, la voix du maître

Par Joel GrandjeanRédacteur en Chef
Lauréat en 2013 du Grand Prix d’Horlogerie de Genève, pour sa vie et son œuvre, l’horloger a intégré cette ann...