chronographe suisse

«Le Chronographe De Poche Suisse», un ouvrage unique au monde

Unique puisqu’il référence toutes les fabriques d’horlogerie qui ont produit le chronographe, soit 200 maisons dont 80 font l’objet d’une présentation détaillée. A lire et à feuilleter.

Par Laetitia Artal

Signé par Joël Pynson, ce livre est né de la passion et de l’immense culture horlogère de l’auteur pour l’histoire du chronographe. Il a été présenté à la presse et aux passionnés d’horlogerie au MIH, le Musée International d’Horlogerie de La Chaux-de-Fonds où l’éditeur Chronométrophilia, une association d’amateurs d’horlogerie fondée il y a 40 ans, a historiquement son siège.

Le Chronographe de poche suisse

Chronométrophilia, éditeur historique

C’est à l’occasion de son 40ème anniversaire que cette association à décidé d’éditer ce livre et de l’offrir à ses membres en remplacement de l’édition de décembre 2015 de son traditionnel journal. Du grec Chronos (dieu du temps), metro (la mesure) et philos (l’ami), l’association Chronometrophilia se fonde en 1975 à la Chaux-de-Fonds par le même cercle corporatiste que celui qui permit la création du Musée horloger de La Chaux-de-Fonds.

Le Chronographe de poche suisse

Dès sa naissance donc, cette structure est composée d’un comité d’amateurs, d’horlogers ou bien encore, de conservateurs de musées. Elle à pour but de réunir des amateurs et collectionneurs afin de partager des informations scientifiques, historiques et artistiques en matière d’horlogerie. De nombreuses visites thématiques sont organisées tout au long de l’année pour ses membres venus du monde entier, comme des visites de collections privées, d’expositions, des visites d’entreprises ou encore des voyages à l’étranger.

Le Chronographe au fil du temps

Grâce à ce remarquable ouvrage qui voyage à travers le temps, on prend connaissance des différentes étapes d’évolution du chronographe. Ainsi apprend-on que le premier chronographe aurait été inventé au XVIIIe siècle. Les scientifiques d’alors recherchaient une grande précision dans la mesure du temps principalement en raison des observations astronomiques. L’ouvrage répertorie donc les premiers systèmes capables de calculer des intervalles de temps, puis démontre, exemples à l’appui, la différence entre le compteur et le chronographe. Il présente en outre au travers des différentes inventions d’horlogers célèbres, la naissance du chronographe moderne.

Le Chronographe de poche suisse

L’auteur écrit: «On peut dire, avec les documents que nous avons aujourd’hui, que tout était en place en 1861 pour fabriquer le premier chronographe moderne: Pouzait savait arrêter et faire repartir une aiguille des secondes, Sarton savait mesurer des intervalles de temps sans perturber la marche d’une montre, Moinet connaissait la remise à zéro, Rieussec utilisait une aiguille encreuse et avait donné un nom, Perrelet savait faire démarrer, repartir et rattraper des aiguilles sauteuses, Jacob savait faire des aiguilles rattrapantes sur des montres ordinaires, Winnerl savait «rattraper» grâce à une came en forme de coeur et Adolphe Nicole avait imaginé un système de chronographe monopoussoir à trois temps que Henri-Férréol Piguet eut la primeur de réaliser et Adolphe Nicole de breveter.»

1862-1890 Les premiers fabricants de chronographes suisses

Au fil de ce chapitre, Joël Pynson nous explique la rapidité avec laquelle l’industrie horlogère suisse s’est attachée à produire le chronographe, complication prestigieuse s’il en est. Et il décortique aussi dans ce chapitre les raisons grâce auxquelles cette même industrie a pu produire de telles montres.

Le Chronographe de poche suisse

1890-1920 Le chronographe à l’ère industrielle

Durant cette période, de grands changements dans la production  industrielle en Suisse interviennent. Ils sont stimulés par la concurrence américaine. L’auteur écrit: «Le chronographe, très demandé pour les applications militaires, sportives, scientifiques et industrielles, va devenir beaucoup plus abordable, et sa production de masse va débuter.

C’est désormais le Locle, La Chaux-de-Fonds, Saint-Imier et les régions environnantes qui produisent un chronographe de poche simple, fonctionnel et de prix raisonnable.»

1920-2000: du chronographe de poche à l’ère du chronographe-bracelet

C’est après la première guerre mondiale que l’on voit une grande partie de la production de calibres chronographes disparaître. Seules quelques maisons  prestigieuses telles que Patek, Philippe et Cie ou Vacheron Constantin vont  continuer de produire des pièces exceptionnelles destinées à une clientèle fortunée. La montre bracelet va alors prendre le dessus. Quant aux compteurs de sport, ils seront eux produits jusque dans les années 1980.

Le Chronographe de poche suisse

Cette section du livre aborde aussi les chronographes anonymes, dont 62 ont pu être identifiés par Joël Pynson qui leur attribue pour certains des lieux de production, voire même une reconnaissance probable de style liée à des horlogers

D’autres chapitres tout aussi riches en informations racontent le chronographe sportif et les écoles d’horlogerie suisses. Quant à l’aspect technique, il occupe une autre partie d’un livre qui est le premier du genre et qui fait preuve d’une complétude rarement égalée.

Le Chronographe de poche suisse

Un auteur chercheur et passionné, particulièrement bien entouré

Joël Pynson est ophtalmologiste et chercheur dans le biomédical à Toulouse. Passionné depuis plus de 20 ans par les chronographes, il est familier des contrées neuchâteloises puisqu’il fréquente assidûment la bibliothèque du centre d’études du Musée International d’horlogerie (MIH), qu’il rencontre des collectionneurs en Europe et aux Etats-Unis, et qu’il a écrit de nombreux articles sur le sujet. Il est d’ailleurs régulièrement publié, notamment sur internet.

Pour écrire son livre et effectuer le colossal travail de recherche sur lequel il repose, Joël Pynson a pu compter sur quelques noms intimement liés à l’histoire suisse de l’horlogerie. Comme Marco Richon, président de l’association Chronométrophilia, une voix de référence connue pour ses ouvrages sur la marque Omega dont il a été le conservateur du musée pendant de nombreuses années. Cet historien a été d’une grande aide pour le chapitre consacré au rôle du chronographe dans le chronométrage sportif.

Le Chronographe de poche suisse


Autre personnalité reconnue pour son expertise historienne, Jean-Michel Piguet est encore aujourd’hui le conservateur adjoint du Musée International d’Horlogerie. On doit à cet ancien rédacteur du bulletin de Chronométrophilia de nombreux articles et ouvrages. On lui doit surtout, pour le livre de Joël Pynson, la rédaction d’un glossaire complet de la terminologie consacrée au chronographe. Une première! Enfin, Antoine Simonin, ancien Directeur du WOSTEP devenu historien et éditeur de livres horlogers, a ajouté aux conseils horlogers techniques son expertise en matière d’éditions de livre et d’histoire. Précision que l’indéniable qualité des visuels et des photos de cet ouvrage est également issue d’une démarche autant engagée que passionnée. Celle des traitements subtils et minutieux apportés par Michel Viredaz, vice-président de l’association Chronométrophilia.

Le chronographe de poche suisse, auteur Joël Pynson

Editions Chronométrophilia www.chronometrophilia.ch

Diffusion: Editions Simonin, Dombresson www.booksimonin.ch