vacheron constantin les cabinotiers symphonia grande sonnerie 1860

SIHH 2017: Jour 4 – A l’heure des toutes premières fois…

Première montre à grande sonnerie pour Vacheron Constantin, premier traitement de boîtier avec du Cobalt MicroMelt™ pour Roger Dubuis et première intégration du graphène dans un boîtier de montre chez Richard Mille… Il n’en fallait pas plus pour faire de cette spécificité un thème pour cette journée de découverte en première mondiale. 

Par Vincent Daveau
Rédacteur France

Roger Dubuis Excalibur Quatuor Cobalt MicroMelt® : atomiser pour mieux recomposer

Détruire pour reconstruire dans une nouvelle dimension, est une démarche créative chère à Alvaro Magimi, le designer de Roger Dubuis. Cette maison, associée cette année au manufacturier de pneus Pirelli, propose une nouvelle montre Excalibur Quatuor Cobalt MicroMelt®. Tout le monde connaît cet incroyable calibre à remontage manuel RD101 qui, comportant 590 composants dont quatre balanciers et cinq différentiels, vibre à 4x4 Hertz, soit 115 200  alternances par heure, pour garantir à son propriétaire une précision horaire supérieure. 

Roger Dubuis Excalibur Quatuor Cobalt MicroMelt®

On l’aura compris, cette année, l’innovation de la pièce ne se trouve pas au cœur du mouvement, mais se concentre dans le boîtier de 48 mm réalisé en Chrome-Cobalt. Sa production est rendue possible grâce à l’emploi de la technologie MicroMelt®. Ce procédé implique de fondre et d’atomiser l’alliage pour le réduire en une poudre ultra fine. Pour parvenir à ce résultat, le métal en phase liquide est placé dans un jet de gaz sous haute pression, dans un environnement de fusion  à induction sous vide permettant une atomisation par le biais du gaz. La poudre obtenue est ensuite mélangée et filtrée puis placée dans une presse isostatique à chaud. 

Roger Dubuis Excalibur Quatuor Cobalt MicroMelt®

Cela permet de créer des barres laminées à chaud au maximum de leur densité, qui seront ensuite usinées à leur dimension finale. Le Chrome-Cobalt ainsi obtenu est 100% biocompatible, hautement résistant à la corrosion grâce à la formation spontanée d’un film protecteur passif,  et hautement durable grâce à sa structure multicouches et à la précipitation des carbures. L’ensemble estampillé du Poinçon de Genève sera produit à seulement 8 exemplaires et, pour la petite histoire, la première pièce de cette ligne a été achetée par un Chinois fortuné en visite à la manufacture, après d’importantes tractations. A bon entendeur salut ! 

Richard Mille RM 50-03 McLAREN-F1: Poids Plume

C’est sur la base de recherches de l’institut national du Graphène de l’Université de Manchester que les usages du graphène ont été révélés. Ce matériau isolé en 2004 a permis à Richard Mille de produire un boîtier usiné en carbone TPT™ dont les propriétés ont été considérablement améliorées grâce à des injections de graphène, un matériau révolutionnaire, six fois plus léger que l’acier, mais deux cent fois plus résistant. 

Richard Mille RM 50-03 McLaren F1

Travaillant ensemble sur l’intégration du graphène dans leurs monoplaces, McLaren Technologie Group et McLaren-Honda ont permis à la manufacture Richard Mille de réduire considérablement la densité du carbone tout en augmentant sa résistance. Résultat : les boîtiers peuvent dans ces conditions être bien plus légers. Après des opérations consistant à poser des couches les unes sur les autres en respectant une orientation des fibres, l’ensemble est passé dans un four à 120°c sous 6 bars afin de se solidifier.

Le boîtier tripartite de la pièce RM50-03 est ensuite usiné pour recevoir les éléments comme la glace et le mouvement. Celui-ci fait tout juste 7 grammes et peut être considéré comme le plus léger de sa catégorie. Le secret de ce poids plume : l’association du titane grade 5 au carbone TPT™pour la platine et les ponts ainsi qu’un ajourage poussé à l’extrême de tous les composants susceptibles de l’être. Fixée à la carrure, la cage transversale en carbone TPTTM, dont les lignes s’inspirent des triangles de suspension d’une Formule 1 McLaren- Honda, supporte le calibre RM50-03. Intégré, le mouvement donné pour garantir un fonctionnement durant 70 heures, possède une résistance hors du commun, éprouvée en interne par des chocs de 5000 g. 

Richard Mille RM 50-03 McLaren F1

Allusion à la Formule 1 McLaren-Honda, le boîtier présente des organes de réglage et d’enclenchement des fonctions inspirés de la carrosserie de la monoplace. Par ailleurs, et parce chaque détail compte, les extraordinaires qualités du graphène ont imposé d’intégrer ce nanomatériau dans le bracelet caoutchouc de la RM 50-03. Résultat : ce chronographe est, une fois encore, une machine hors du commun  qui, produite à seulement 75 exemplaires et disponible uniquement dans les boutiques Richard Mille, restera dans les annales du métier comme l’instrument le plus léger de sa catégorie. 

Richard Mille RM 50-03 McLaren F1

Vacheron Constantin Les Cabinotiers Symphonia Grande Sonnerie 1860 : pure cantatrice

Première montre-bracelet à grande sonnerie de l’histoire de Vacheron Constantin, cette pièce unique réunit deux prouesses techniques : disposer de la complication de grande sonnerie, que seule une poignée d’horlogers virtuoses dans le monde peut maîtriser, et la rendre aussi simple et sûre d’utilisation pour son propriétaire. Ultra-complexe, son mouvement à remontage manuel bidirectionnel a nécessité 10 ans de développement et comprend 727 composants finement ajustés pour qu’il soit possible au porteur de faire sonner l’heure au passage et à la demande. 

Vacheron Constantin Les Cabinotiers Symphonia Grande Sonnerie 1860

Paré d’or blanc et personnalisable, ce chef-d’œuvre de miniaturisation au design épuré présente une construction originale car le système de sonnerie habituellement disposé sous le cadran et par conséquent invisible a été placé de façon à être visible par le fond transparent. Cette création estampillée du Poinçon de Genève est la somme de complications d’une suprême finesse. Elle exige plusieurs centaines de composants et pousse la maîtrise de l’énergie et de la complexité mécanique à son paroxysme puisqu’en mode Grande Sonnerie, le mécanisme entre en action de façon à générer 96 déclenchements en 24 heures, soit 912 coups, tout en assurant un son de qualité. Mais parce que rien n’est trop beau, la pièce, emporte également un dispositif capable de la faire sonner à la demande. 

Vacheron Constantin Les Cabinotiers Symphonia Grande Sonnerie 1860

Il suffit pour cela de presser le poussoir inscrit dans la couronne de remontoir. Evidemment, la belle, à force d’être sollicitée pourrait venir à s’arrêter, mais en fait, les horlogers qui pensent à tout ont installé deux indicateurs de réserve de marche. Le premier est pour la sonnerie, le second pour le mouvement. Si l’un des deux venait à baisser de façon critique, il suffit alors, de quelques tours de couronne pour voir cette merveille retrouver sa belle voix.  

Vacheron Constantin Les Cabinotiers Symphonia Grande Sonnerie 1860

SUIVEZ-NOUS DURANT LE SIHH 2017! VISITEZ NOTRE PAGE SPECIALE

SIHH 2017: Jour 3 – Mercredi, l’heure sous le signe du sport

Par Vincent DaveauRédacteur France
Ré-enchanter le métier de l’horlogerie est, de l’avis de tous, le maître mot de l’année. Pour y parvenir, un peu...

SIHH 2017: Jour 2 – Déclinaisons de Complications

Par Vincent DaveauRédacteur France
Cette nouvelle journée au salon a été l’occasion de rencontrer quelques CEO et d’avoir leur avis sur l’avenir du m...

SIHH 2017: Jour 1 – Retour aux sources

Par Vincent DaveauRédacteur France
Question tendance pour 2017, on retiendra que la réinterprétation de dessins d’antan pour des pièces contemporaines est dans l...