Cosmograph Daytona 116500LN 004

La Triple Crown: Rolex revisite trois véritables classiques

Si cette année beaucoup de marques ont adopté une approche traditionnelle à Baselworld, Rolex a mis le paquet avec des revisites substantielles de quelques uns de ses modèles mythiques. On a été fort impressionnés chez Watchonista…

Par Simon de Burton
Journaliste et auteur

Il n'y avait certes pas pénurie de pessimisme dans la période précédent Baselworld, mais toute personne qui y a participé conviendra probablement qu'il y a eu autant de buzz que toujours à travers les halls d’exposition autour de la Messeplatz - dont une grande partie, pour autant que je puisse en juger, émanait des stands Rolex et de sa marque sœur Tudor.

Watchonista a consacré par ailleurs un article à l’interprétation boitier bronze de la ligne à succès Tudor Heritage Black Bay. Cette montre de plongée offre aux clients ayant un budget limité un vrai chronomètre de manufacture à un prix remarquablement accessible.

Baselworld 2016, bien plus que de petites améliorations sur des modèles clés

Mais ceux qui sont passés aux produits de la 'Crown'étaient encore plus gâtés car Rolex a présenté de nouvelles versions de trois de ses montres de sport les plus fameuses: le Cosmograph Daytona, l'Air-King et l'Explorer.

Au fil des années, nous nous sommes habitués aux petites retouches que Rolex apporte à ses modèles clés sur des périodes relativement longues. Toutefois, à Baselworld 2016, la marque a appliqué de significatifs changements à ces trois classiques.

Rolex Oyster Perpetual Cosmograph Daytona Rolex Oyster Perpetual Cosmograph Daytona

Cosmograph Daytona, un Chronomètre Superlatif

La Cosmograph est probablement celle qui affiche l’évolution la plus flagrante: dépourvue de la célèbre lunette en métal gravé, elle arbore un composant Cerachrom bien plus high-tech qui - et là, même les férus du vintage devraient l'admettre - offre une meilleure lisibilité et une bien meilleure résistance.

Jusqu'à présent, si vous vouliez une glace résistante aux rayures, vous deviez choisir la Cosmograph Daytona Everose (lancé en 2011). Cette nouvelle version est fortement réminiscente du modèle 1965 qui était muni d'une lunette posée d'un insert en Plexiglass noir. En fait, la nouvelle référence 116500 - disponible avec un cadran laqué noir ou bleu - semble être plus vintage que la version précédente, bien qu'elle soit plus technique.

Rolex Oyster Perpetual Cosmograph Daytona

Rolex Oyster Perpetual Cosmograph Daytona on the wrist

La nouvelle Cosmograph bénéficie de la certification 'Chronomètre Superlatif' que Rolex a redéfini l'année dernière: le mouvement, ayant subi les examens du COSC, est emboité et soumis à des tests spécifiques à la marque portant sur la précision chronométrique, l’étanchéité, le remontage automatique et l’autonomie qui garantissent une précision de -2/+2 secondes par jour. Ce qui, dans les faits, est deux fois mieux que la précision requise par le COSC.

Rolex Oyster Perpetual Air-King Rolex Oyster Perpetual Air-King

Nouvelle Air King

Les designers chez Rolex, qui sont généralement traditionalistes, ont fait preuve de radicalité dans le traitement de la célèbre Air-King, que l’on n'avait plus vu depuis 2014 et sa version 34mm de diamètre.

Ce modèle de remplacement hérite d’un boitier de 40mm, du chic vert Rolex sur l’aiguille des secondes et le nom de la marque et d’une couronne en or Rolex. Et si le look semble familier, c’est probablement parce que vous l’avez aperçu sur des photos des instruments analogiques équipant le Bloodhound SSC, le véhicule propulsé par réacteur et moteur fusée visant le record de vitesse terrestre et parrainé par la marque.

'Air-King' est écrit dans une typographie des années 50 et l'agencement du cadran prend la forme d'une configuration «3,6,9» avec une échelle des minutes au premier plan 'pour la lecture des temps de navigation'.

Rolex Oyster Perpetual Air-King Rolex Oyster Perpetual Air-King

A dire vrai, je n'ai jamais vraiment compris les liens qui unissent l'Air-King et l'aviation - la montre fut présentée en 1945 pour, à ce qu'il parait, célébrer les exploits de l'expédition Houston qui, en utilisant une Rolex Oyster comme chronomètre de bord, a réalisé le premier survol de l'Everest et effectué, par les aviateurs Owen Cathcart-Jones et Ken Waller, le vol aller-retour Londres-Melbourne en un temps record.

Cependant ces exploits se sont déroulés en 1933 et 1934 respectivement. Un lecteur de Watchonista pourrait-il m'expliquer le décalage de 11 ans?

L'Explorer, des aiguilles plus longues et plus épaisses

On ne doit certes plus introduire la belle, sobre et célèbre Explorer, troisième montre du trio. Lancée en 1953 pour célébrer l'ascension de l'Everest par Sir Edmund Hillary et Sherpa Tenzing Norgay (qui portaient tous deux des montres Rolex Oyster et Smiths), l'Explorer reste le modèle d’entrée de gamme 'professionnel'de Rolex. La nouvelle version est recouverte du nouveau traitement luminescente Chromalight qui lui donne une lueur bleue durable.

Rolex Oyster Perpetual Explorer Rolex Oyster Perpetual Explorer

Les aiguilles sont légèrement plus longues et plus épaisses, mais la pièce reprend le même boitier raisonnable de 39mm de diamètre présenté en 2010.

Ce qui est tout à fait à propos.

Rolex Oyster Perpetual Explorer Rolex Oyster Perpetual Explorer

Rolex au 24 Heures à Daytona

Par Josh ShanksRédacteur Etats-Unis
Coup d'envoi officiel du calendrier des courses de cette année, 24 heures à la Rolex 24 à Daytona pour vivre une course riche en histoires passionnantes...

Baselworld 2016 : A l’heure du second souffle

Par Vincent DaveauRédacteur France
L’ouverture officielle de Baselworld a eu lieu et le monde horloger est dans les starting-blocks, prêt à prendre un nouveau départ...