Richard Mille Chantilly Arts & Elegance

Concours d’élégance de Chantilly: la crème de l’automobile à la sauce horlogère

Au Château de Chantilly, dans l’Oise en France, un jardin peu ordinaire sert de cadre élégant à un dimanche à la campagne aux allures de revival. Rencontre avec le partenaire principal de l’événement, Richard Mille.

Par Vincent Daveau
Rédacteur France

Depuis les années 70, plus personne en France n’avait eu l’idée de présenter au public un concours d’élégance. Peter Auto, société spécialisée dans la création d’événements ayant les voitures haut de gamme pour thème principal, a proposé cette nouvelle expression de l’art automobile à Richard Mille, son ami de 30 ans et horloger visionnaire depuis maintenant un peu plus de 12 ans, très en vue dans les milieux autorisés et influents.

Un cadre idéal pour Richard Mille

Le propos était de rencontrer Richard Mille principal sponsor de l’événement dans le cadre magnifique du château de Chantilly, situé dans l’Oise, en France. Cité du cheval, ce lieu hors du temps avec un jardin peu ordinaire, un canal, un jeu de paume et un hippodrome, se prêtait parfaitement à un dimanche à la campagne comme le soulignait très justement Richard Mille en décrivant l’ambiance qui régnait dans ce lieu.

Concours d'Elegance Chantilly Concours d'Elegance à Chantilly

A la demande première de cerner comment se portait le marché, il répondait que pour lui et sans présager des autres, tout allait parfaitement bien. «Le business est formidable, je n’ai pas à me plaindre de la situation» disait-il même en riant. Il faut dire, d’autres auraient sans doute aimé être à sa place. Hôte attitré des lieux, avec les sofas de réception donnant sur le château et des tables dressées pour recevoir ses invités, la presse internationale et quelques clients triés sur le volet, l’homme était sur tous les fronts. En plaisantant, il disait même à l’oreille de Monsieur Mauboussin: «ma vie est dédiée à la bagnole et à l’horlogerie… A ma famille aussi»…

Elégance à la française

Mais la question qui était sur toutes les lèvres était de discerner ce qui pourrait distinguer cet événement de celui de Pebble Beach aux Etats Unis, et s’il était possible d’envisager un jour en France, de connaître les noms des propriétaires des voitures ? Richard, songeur et après quelques secondes d’introspection répondait: «Non, je ne pense pas qu’ici cela soit possible, pas maintenant en tout cas. Mais cela n’empêche pas que les propriétaires soient fiers de leurs voitures. La plupart d’entre-elles viennent de l’étranger, de Hong Kong à Londres en passant par les Etats-Unis. Alors oui, c’est vrai, à Pebble Beach, les Américains totalement décomplexés avec la réussite économique mettent leur nom sur leurs voitures et cela ne pose aucun problème.

Ici, ce n’est pas du tout la même chose et le rapport à la réussite économique n’est pas le même. On pourrait parler de refoulement, d’intériorisation de la réussite qui interdit, de facto, ce genre de pratique»…

Bugatti Type 50T Coupe Profilée at Chantilly Coucours d'Elegance Bugatti Type 50T Coupe Profilée au Concours d'Elegance

Autre interrogation récurrente sans doute, mais pourquoi un horloger serait le sponsor principal de cet événement automobile d’autant que, pour beaucoup d’amateurs de voitures, présents sur le site, le nom de Richard Mille ne leur évoquait rien sinon peut être celui d’un équipementier spécialisé. En effet, il faut être dans le sérail pour savoir que cet homme, propriétaire d’une marque horlogère éponyme produisant environ 2500 montres par an parmi les plus chères du marché, est un vrai passionné de voitures et qu’à ce titre, il investit dans ce qui le passionne. Collectionneur de véhicules d’exception, ce créateur qui a su mettre un peu de la magie automobile dans l’univers horloger dès 2001, était ici pour accompagner son ami de 30 ans, Patrick Peter, le fondateur de Peter Auto, organisateur de ce rendez-vous magique. Convaincu du bien fondé de pareille manifestation, il a choisi d’être à la fois sponsor et de participer au concours en présentant deux de ses voitures de collection: une Alfa 33 et une Porche 907.

Belles mécaniques et horlogerie, le lien de parenté

Le questionnement portait aussi sur ce qui, pour lui, pouvait y avoir un lien entre la présentation de voitures et la façon de porter sa montre? Il répondait en souriant «qu’il existe un dénominateur commun dans l’amour pour la belle mécanique. Le lien est fort avec ce type de manifestation car les pièces sont exceptionnelles et elles étaient dessinées et faites à la main. Je me reconnais dans cette démarche car on travaille de la même façon. Car chez moi (dans les bureaux de conception) le concept de base est fait à la main même si, après tout passe par des programmes 3D. Tout de même, dans ces deux univers, on touche du doigt ce que j’appelle au sens premier l’artisanat de luxe et cette philosophie de vie propre à l’univers qui va avec

Mais dans ce monde magique où le rêve tient une si grande part, est-il possible de lier le moderne et l’ancien, les voitures d’hier et celles d’aujourd’hui? Comme le disait Richard, «il n’y a pas eu de concours d’élégance en France depuis les années 70. C’est une première et tout ce qui a été fait avant, de Bagatelle à d’autres rencontres, était un acte manqué. Aujourd’hui, cette vision de l’automobile renoue avec la tradition. C’est un événement que les horlogers ont connu déjà il y a maintenant bientôt 30 ans. Maintenant dans ces concours, on peut tout mixer, le moderne et l’ancien, les attelages et les Formule 1, il suffit de trouver la thématique. Tout est possible!»

Chantilly Concours d'Elegance Concours d'Elegance à Chantilly

Et tout l’est effectivement puisque Richard faisait sur place la démonstration qu’il était, en matière, d’horlogerie à même d’associer la tradition et le futurisme de la communication.

Au-delà de la voiture

L’investissement dans un événement sans doute appelé à durer et qui est déjà planifié pour avoir lieu l’an prochain, faute du Mans Classique qui a lieu une année sur deux, est-il une bonne affaire sur le plan médiatique si tout le monde, sur place, ne sait pas encore qui est Richard Mille? A la question de comprendre ce que ce visionnaire attendait du Concours d’élégance de Chantilly, il répondait en riant: «rien…. Non, je déconne! Je suis partenaire de plusieurs manifestations qui sont accessoirement dans l’automobile et totalement dans le «life style». Ici, contrairement à ce que l’on pourrait croire, j’ai une stratégie de communication plus féminine. J’assoie l’image de marque de façon mixte. Car ici, l’ambiance est très clairement moins macho que le Mans Classic qui ne parle qu’au cerveau reptilien des mecs

Et à celle de savoir ce qu’il fera pour le prochain concours d’élégance qui aura donc lieu l’an prochain, sa réponse est très claire, preuve qu’il a déjà réfléchi à la question: «je veux relancer un grand tournoi de polo à Chantilly. Il y a un contexte sur lequel je veux travailler et qui aurait lieu en même temps. C’est une population flottante qui aime les mêmes choses.

Et je pense qu’on aura encore plus de monde car, c’est comme les salons, on dit toujours que c’est la même chose, mais une fois qu’on en est sorti, on attend avec impatience un an qu’il revienne… C’est pareil pour Chantilly (Richard Mille), Pebble Beach (Rolex) ou celui de la Villa d’Este (A.Lange & Söhne). Ici, on vient en famille pour se divertir. C’est un dimanche à la campagne version chic, c’est au-delà de la voiture

Richard Mille Concours d'Elegance Chantilly Richard Mille Concours d'Elegance à Chantilly

Vivre avec son temps

Et puis, à la question subsidiaire posée sur les nouvelles montres connectées, et si elles avaient de l’avenir, il répondait: «leur durée de vie est liée à la vie du téléphone. On ne peut pas les nier, elles sont là et vont se révéler utiles. Ce que je leur demande c’est avant tout d’être ergonomique. Ensuite, avec les deux (une à chaque poignet) on parvient à faire la synthèse d’hier et d’aujourd’hui. Comme businessman, je trouve cela pratique car je peux suivre mes appels et mes mails directement dessus en temps réel. Et si je ne sais pas où est mon portable, il sonne. Je gagne du temps et le temps c’est mon métier. Je n’ai peur de rien, et je ne suis pas bloqué avec des concepts à la con. Il faut vivre avec son temps. C’est très clairement comme les voitures qui pourront être électrique en ville et thermiques pour la route et les grands moments. L’un n’empêche pas l’autre. Ce que la vie m’a enseigné c’est qu’il faut juste profiter de l’existence et vivre avec son temps… Ce qui, déjà en soi, n’est pas si simple, mais procure de grandes joies»…

Richard Mille parle des montres connectées

Par Vincent DaveauRédacteur France
Comme la montre est passée de la table à la poche et de la poche au poignet, le téléphone est en passe, dans une certaine mesure, d...