Frederique Constant Peter Stas 2 2016

La Génération Y aime Frederique Constant

Watchonista a assisté à l’inauguration de la nouvelle manufacture de Frederique Constant à Plan-les-Ouates, Genève. Son CEO Peter Stas, nous dévoile le positionnement de la marque dans un marché très concurrentiel.

Par Josh Shanks
Rédacteur Etats-Unis


Josh Shanks (JS): Bonjour Peter, merci de me recevoir

Peter Stas (PS): Merci

JS: Comment se porte Frederique Constant? 

PS: La compagnie est à plus 4% actuellement, à Baselworld, elle était à 6%, donc nous sommes revenus à la croissance. Dans le même temps, nous produisons maintenant 150’000 pièces par an. À long terme, nous voulons atteindre les 250’000 pièces par an, ce qui justifie largement le besoin du nouveau site de Plan-les-Ouates.

Peter Stas, fondateur/CEO de Frederique Constant

JS: Dans cet univers très concurrentiel, quelles sont les marques qui vous talonnent?  

PS: Je dirais Longines qui est un de nos plus grands concurrents.  Baume & Mercier également l’était il n’y a pas si longtemps, mais c’est moins le cas aujourd’hui. Mon point de vue est le même pour Maurice Lacroix, qui a légèrement décroché. Notre positionnement est dans la gamme moyenne avec des prix qui oscillent entre 1’000 et 5’000 francs suisses. Et dans cette fourchette, la compétion est très rude entre les marques. 

JS: Est-ce que à ce prix, pouvez-vous assurer des marges confortables?

PS: Je dirais que pour assurer notre pain et beurre, les prix devraient se situer entre 1’000 et 3’000 francs suisses.

Nouvelle manufacture Frederique Constant à Plan-les-Ouates, Suisse

JS: Concernant le mode de distribution de vos montres. Allez-vous continuer à investir dans les boutiques traditonnelles pour conquérir de plus larges parts de marché ou au contraire vous impliquer davantage dans le eCommerce?

PS: 90% de notre business s’effectue dans la brique et le mortier grâce à nos détaillants. Nous sommes également en train d’investir dans le commerce électronique et toute la galaxie qui tourne autour. Mais nous notons que même dans le cas d’une vente en ligne, l’acheteur a besoin de toucher le produit, de le porter à son poignet. C’est pourquoi, nous proposons systématiquement à nos acheteurs en ligne, un détaillant dans leur ville ou quartier. Avantages: le client noue ainsi une relation de confiance et pérenne avec la marque et le service après-vente est mieux assuré grâce à ce procédé.  

Les atleliers Frederique Constant

JS: Est-ce que certains de vos clients passent aisément d’une montre ‘entrée de gamme’ pour acheter des garde-temps de plus en plus chers. Disons commencer par l’achat d’une montre à 1000 francs suisses avant d’acheter plus cher au fil du temps. Avez-vous constaté ce type d’achat?

PS: Pas vraiment, nous avons fait des recherches dans le passé et nous avons constaté que 30% de nos clients retournaient par la suite pour une deuxième montre de nos marques. Notre croissance principale provient de nos nouveaux clients. 

Frederique Constant Flyback Chronographe Manufacture

JS: Parlons des nouveaux clients, ceux de la génération Y. Comment voyez-vous ce segment?

PS: Pour nous, cette génération Y, née avec l’Internet et qui entre dans le marché du travail, est arrivée très tôt dans nos boutiques, en raison de notre disponibilité. Si ces jeunes veulent commencer par une première expérience réussie dans les montres, ils doivent porter une Frederique Constant. Par exemple, quand ils décrochent leur premier job et qu’ils veulent faire de l’effet avec leur costume, une de nos montres à leur poignet serait du plus bel effet. Notre segment débute avec des acheteurs dont l’âge oscille entre 20 et 30 ans. Avec Alpina, nous avons également des passionnés de la marque plus jeunes, et même des adolescents.

JS: Comment voyez-vous les médias sociaux dans l'industrie horlogère?

PS: Ecoutez, nous en sommes des pratiquants convaincus. Nous avons plus d'un million de fans sur Facebook et nous sommes fortement présents sur Instagram. C’est du mix marketing, mais ce n'est pas le seul moyen. Je voudrais revenir aux boutiques traditionnelles, la présentation de leurs devantures est primordiale pour notre image de marque. En fait, nos campagnes publicitaires s’appuient sur le online et le offline. 

JS: Comment voyez-vous l’évolution du marché? Les dernières années ont été tumultueuses. Voyez-vous une consolidation des marques, davantage de croissance dans le futur?

PS: Je dirais que le cycle baissier arrive à sa fin. Nous commençons à renouer lentement avec une croissance timide. Je ne pense pas que nous aurons le même type de croissance que celle des années 2010-2014. Pour autant, je crois que nous sommes en train de retomber lentement mais surement sur nos pieds. L’économie chinoise est en train de repartir. Nous avons encore des difficultés pour vendre en Russie, en raison de la forte baisse du pétrole. Les États-Unis se portent moyennement. Mais bon, en fin de compte, nous n’avons plus le cyclone dévastateur qui a frappé en même temps pour des raisons différentes: la Chine, la Russie, le Moyen-Orient et l’Europe! Cette tempête a été le déclencheur des turbulences qui ont frappé l’industrie horlogère. Un autre facteur de cette crise réside dans le fait que bon nombre de marques ont imposé des quantités de montres supérieures aux capacités de vente des détaillants. Avec le temps, ces stocks commencent lentement à baisser. 

JS: Quel votre point de vue sur le climat politique concernant la zone Euro et les élections américaines? Pensez-vous que cela pèsera sur votre volume de ventes d’une manière ou d’une autre. En particulier, les acheteurs vont-ils devenir plus prudents dans leurs achats?

PS: Non, je n’ai pas d’idée précise sur ces sujets, la grande question c’est de savoir ce qui va se passer à l’avenir. En règle générale, lorsque les bourses montent, les ventes de montres suivent cette tendance. C’est ce qui se passe actuellement. La question se pose davantage pour les bourses américaines surtout aux États-Unis. Nous verrons si cette croissance se poursuivra, prendra une pause ou encore retombera?

Frederique Constant Classic Worldtimer Manufacture

JS: Vous êtes évidemment un passionné de montres. Achetez-vous des montres personnellement, peut-être des marques en dehors de la famille de FC?

PS: Non, deux fois non. Vous savez, en tant que patron ici, j'ai toujours les derniers modèles. À l'heure actuelle, c'est la fly-back chrono que j'aime beaucoup. L'année dernière, c’était la Perpetual calendar. Dans le passé, j'ai testé des dizaines de montres. Je continue à le faire, je suis généralement l'un des premiers à les porter, de manière à bien contrôler si tout se passe bien au niveau mécanique. Il y a seulement quelques années que j’ai lâché la bride au niveau des tests. Je dois posséder cinq ou six montres Frederique Constant et une ou deux Alpina.

Alpina Startimer Automatique

JS: Dernière question, y a-t-il une personne ou une marque qui force votre admiration dans cette industrie?

PS: Oh, certainement, j’aime beaucoup les anciennes Patek, que je peux admirer lors des enchères. Elles sont vraiment magnifiques. Si je n'avais pas de Frederique Constant, je serais très intéressé par l'un de ces modèles.

https://frederiqueconstant.com/

Baselworld 2019 : Frédérique Constant met à jour le meilleur tourbillon pour votre argent

Par Rhonda RicheJournaliste
La collection Perpetual Calendar Tourbillon Manufacture a accueilli deux nouvelles versions à Baselworld.

Frédérique Constant Manufacture Tourbillon QP sur fond de jubilé

Par Rhonda RicheJournaliste
Frédérique Constant a fêté ses trente ans à Paris. Au passage, une présentation de la nouvelle Frédérique Constant Manufacture Tourbillon QP s’imposait...

Frédérique Constant : naissance de la montre connectée mécanique

Par Barbara PalumboJournaliste
Ce 21 février à New York, devant un parterre de journalistes, l’Hybrid Manufacture faisait son entrée. Cette montre est la première à associer un...

Le luxe à portée de main

Par Josh ShanksRédacteur Etats-Unis
Cet été, j'ai passé plus d’un mois à tester le Chronographe Manufacture Flyback de Frederique Constant, une de mes...