ernst thomke

Prix Gaïa 2013 – Ernst Thomke. Catégorie Esprit d’Entreprise

Le jury du prix Gaïa a souhaité distinguer le visionnaire, l'homme qui a permis concrètement la mise en place d'un projet révolutionnaire et salvateur de l'industrie horlogère suisse.

Ernst Thomke se caractérise dans un premier temps par un parcours atypique, puisque après des études de médecine, qu'il complète par des études en gestion et marketing, il intègre la recherche pharmaceutique pour Beecham avant de devenir le directeur marketing du groupe pour l'Europe. C'est de là qu'il est appelé en 1978 au sauvetage d’ETA SA. En 1982 il devient administrateur délégué d’Ébauches SA et est nommé administrateur au conseil de l’ASUAG, la société holding d’ETA SA. Il est ensuite directeur général de la SMH de 1984 à 1991. Après avoir quitté la SMH, il est actif dans des conseils d'administration de nombreuses autres entreprises de divers secteurs industriels.

Sa carrière au sein d'ETA et de SMH

Ernst Thomke est un des entrepreneurs les plus connus de Suisse, célèbre en tant qu'initiateur de «restructuration d'entreprises.» De la fin des années 1970 au début des années 1990, il a été directeur général dans l'industrie horlogère, d'abord chez ETA, puis chez SMH. En 1978, en pleine crise horlogère, Ernst Thomke est appelé à rejoindre ETA SA, qui fusionne avec son ancienne concurrente A. Schild SA. Ernst Thomke vise alors la concentration de la production pour permettre une rationalisation et une automatisation de la production. Il intègre au maximum les secteurs administratifs et de production des autres fabriques d’ébauches faisant partie d'Ébauches SA.

Il est aussi à l'origine de la réalisation de la Delirium, le premier succès en réponse à la concurrence japonaise dans ces années de crise: la montre suisse détenant encore aujourd'hui le record du monde de minceur avec moins de 2 mm d'épaisseur totale.

Mais son nom est surtout connu en tant qu'inspirateur et père de la Swatch. L'idée, lancée en 1980, a été celle de fabriquer une montre électronique révolutionnaire, pas chère, et au design attrayant, capable de concurrencer les japonais malgré la crise. Nicolas Hayek accepte de financer l’aventure. Depuis sa sortie en 1983, la Swatch s'impose comme une marque incontournable, et la montre dévient un véritable objet de mode. Ernst Thomke, avec Jacques Müller, dépose le 06.07.1984 la demande pour le brevet numéro EP0131858, pour une «Montre dont la boîte forme platine.»

L'aventure Swatch

C'est grâce à Ernst Thomke que l'aventure Swatch a pu démarrer, il a permis à ses ingénieurs, Jacques Mueller et Elmar Mock, de faire aboutir un projet qui a nécessité une modification radicale de la production de la montre jusqu'alors opérée. Mais une fois le produit fini, restait le lourd travail de l'imposer comme incontournable, et qui ne se souvient pas des queues devant les boutiques qui vendaient les chronomètres Swatch! Il fallait s'inscrire pour en obtenir un. Mais la Swatch, c'est aussi le changement radical du porter de la montre, où professeurs d'Université, femmes élégantes, entrepreneurs exhibaient fièrement leur Swatch.

Donc plus qu'un changement de production horlogère, qu'une démocratisation des prix, les Swatch ont suscité un changement de société. Pour arriver à cela, il a fallu néanmoins faire de grandes promotions et surtout des événements relayés dans le monde entier.

C'est aussi Ernst Thomke qui en a été l'instigateur:

  • Franckfort, Swatch géante, 1984
  • Paris, Swatch Street painting, 1984

Et les collections, nées presque simultanément:

  • Swatch by Keith Haring, 1986
  • Swatch collection «Vienna Decor», 1987
  • Swatchetables by Alfred Hofkunst, 1991
  • Swatch Watch collection, automne 1984
  • Swatch Special «Sir Limelight», 1985

Prix Gaïa 2013 – Andreas Strehler. Catégorie Artisanat-Création

Le jury du prix Gaïa a souhaité distinguer l'horloger de génie dont les mouvements mécaniques minimalistes semblent conçus...

Prix Gaïa 2013 – Günter Oestmann. Catégorie Histoire-Recheche

Le jury du prix Gaïa a reconnu l'apport important et l'universalité des écrits du lauréat pour la diffusion d'une culture...