antoine simonin

Prix Gaïa 1995 – Antoine Simonin. Catégorie Esprit d’Entreprise

Récompensé pour l'engagement qu'il a su mettre dans la création de centres de formation horlogers à Pretoria (Afrique du Sud) tout d'abord, puis à Neuchâtel où le WOSTEP (Watchmakers of Switzerland Training and Educational Program) a comblé un vide important en permettant un perfectionnement aux horlogers du monde entier.

Formation

Horloger

Œuvres choisies

  • Création, en 1966, d'un centre de formation horloger à Pretoria.
  • Développement du WOSTEP sous sa direction.
  • Création des Editions Antoine Simonin.

L'avant Gaïa

Après avoir passé les quinze premières années de sa vie dans l'ancien Congo belge, Antoine Simonin rentre en Suisse pour entreprendre une formation d'horloger au Technicum cantonal de Bienne. Son diplôme obtenu, il travaille pour la firme Omega au service après-vente en Angleterre puis en Italie, avant de devenir responsable d'une agence générale au Ghana. A seulement 23 ans, il porte la responsabilité du magasin d'horlogerie-bijouterie et de l'atelier de restauration.

Ce parcours exemplaire va le mener, en 1966, à la création d'un centre de formation à Pretoria pour l’industrie horlogère suisse. Il a la responsabilité de l'organisation des cours de cours de formation horlogère à Pretoria mais aussi de cessions de perfectionnement dans toute la zone africaine située au sud de l'Equateur.

Les 3 lauréats : Ludwig Oechslin, Michel Parmigiani et Antoine Simonin

Après dix années passées à Pretoria, Antoine Simonin, riche d'une expérience exceptionnelle, est rappelé en Suisse par la Fédération horlogère afin de reprendre la direction du Wostep (Watchmakers of Switzerland Training and Educational Program), institut mondial de perfectionnement horloger. Sous son impulsion, l'institution se développe et en 1992, le Wostep est choisi pour coordonner le Partenariat mondial avec les écoles d'horlogerie. Le perfectionnement professionnel des formateurs horlogers est dès lors dispensé dans ce centre de formation spécialisée de Neuchâtel. Et, deux ans plus tard, Antoine Simonin lance un vaste programme de formation à l'échelle internationale. Ce Partenariat permet de former des élèves certifiés Wostep.

En plus de cette activité, il crée ses propres éditions qui portent son nom. Sa maison d'édition est la seule en Suisse entièrement consacrée à l'horlogerie.

Antoine Simonin (membre du jury) avec Moritz Elsaesser au GPHG 2013

Il souhaite rendre plus abordable l'achat d'ouvrages importants consacrés à tous les aspects de la culture horlogère, par exemple l'ouvrage de François Lecoultre intitulé «Les montres compliquées» qu’il réédite régulièrement.

L'après Gaïa

Arrivé à l'âge de la retraite, il prend congé du Wostep en 2003. Cependant Antoine Simonin reste impliqué dans le monde de l'horlogerie, puisqu'il préside la Commission technique du poinçon de qualité Fleurier, ainsi que Chronométrophilia, Association suisse pour l’histoire de la mesure du temps et est en outre membre de la Commission du Musée international d'horlogerie. Par ailleurs, il poursuit ses activités d'éditeur spécialisé et est consultant pour des marques horlogères.

Prix Gaïa 1995 – Ludwig Oechslin. Catégorie Histoire-Recherche

Récompensé pour son travail d'historien, mais aussi d'horloger et de scientifique (retraçant ainsi son parcours particulier)...

Prix Gaïa 1995 – Michel Parmigiani. Catégorie Artisanat-Création

Récompensé pour ses restaurations de pièces historiques prestigieuses et pour ses qualités de concepteur et de constructeur de pi...