Bulova Accutron II Alpha Watch 2014
Vintage & Enchères

Bulova Accutron, la révolution du diapason

En 1960, la marque Bulova révolutionne l’horlogerie traditionnelle en présentant l’ACCUTRON. Histoire passionnante d’une montre incontournable ayant marqué l’histoire de l’horlogerie. Avis aux collectionneurs…

Par Rémy Solnon
Journaliste spécialisé

Bien avant l’arrivée des montres à quartz dont la précision supplanta l’horlogerie mécanique, la marque américaine Bulova travailla dans les années 1950 sur une technologie qui permettrait d’augmenter l’autonomie et la précision d’une montre, les deux points faibles des montres mécaniques de l’époque.

Aventure lunaire pour un calibre à transistors

Que signifie ACCUTRON? «ACCUracy through ElecTRONic», à savoir «précision grâce à l’électronique.» La première montre électronique au monde fonctionne avec un diapason, une petite pièce en forme de fourche utilisée jusqu’alors en musique. Son mouvement à transistor développé par l’ingénieur Max Hetzel permettait d’atteindre une précision inégalée d’une minute par mois. Ce modèle fit le succès et la renommée de la marque Bulova. Il accompagna même les astronautes américains dans l’aventure spatiale qui les conduisit sur la Lune!

Bulova Accutron ad

Publicité pour la Bulova Accutron

Bulova, une histoire d’innovations

Bulova a été fondée en 1875 par Joseph Bulova (1851–1936), un immigrant tchèque qui arrive à New York à l’âge de dix-neuf ans. La qualité tant esthétique et la technique de ses montres font rapidement connaître la marque. En 1912, elle ouvre une unité de production à Bienne, en Suisse, pour la production de masse de montres, une démarche inédite à l’époque. Et la marque va poursuivre ainsi dans le domaine des innovations horlogères. En 1920, elle installe un observatoire sur le toit d’un gratte-ciel pour effectuer des mesures qui vont lui permettre de déterminer précisément le temps universel. En 1928, elle présente le premier radio-réveil. Bulova, qui devient Bulova Watch Company en 1923, est également précurseur dans le domaine de la communication. Elle est ainsi la première marque à diffuser une publicité à la radio en 1923, avec le premier spot «It’s 8 AM, Bulova time», et à la télévision en 1941. Ces publicités la rendent très populaire auprès du grand public américain.

En 2008, Bulova est rachetée par le groupe japonais Citizen, après avoir été dans le giron du groupe Loews Corporation depuis 1979. Aujourd’hui Bulova propose plusieurs marques pour satisfaire une large clientèle, «Bulova», «Caravelle», «Wittnauer» et l’héritière «Accutron.»

En 2010, elle présente le mouvement à quartz Precisionist qui offre une précision de +/- 10 secondes par an et se distingue par une trotteuse dont la marche est continue, comme une montre mécanique.

1952 – 1960, recherche et développement

Si on doit la première montre-bracelet à diapason à Bulova dans les années 1960, la toute première horloge mécanique utilisant un diapason a été fabriquée en 1856 par Louis F. Breguet, petit-fils du célèbre Abraham-Louis Breguet, inventeur du Tourbillon (dépôt de brevet le 26 octobre 1856).

Max Hetzel Max Hetzel

L’histoire de l’Accutron commence, elle, en 1952 lorsque Elgin Watch Company lance sur le marché  la première montre électrique (Elgin Grade 725). Par montre électrique, il faut entendre une montre mécanique dont le mouvement fonctionne grâce à l’énergie d’une pile bouton de 1,35V. Si ce mode d’alimentation permet une avancée spectaculaire en termes d’autonomie, il n’apporte en revanche aucun progrès en matière de précision par rapport à une montre mécanique classique.

Bulova décide alors de réagir en confiant à Max Hetzel, un ingénieur suisse recruté en 1950 à Bienne, la direction du programme «Accutron» dont le but est de concevoir une montre électronique avec une précision supérieure à celle d’une montre électrique ou mécanique.

Et Max Hetzel pense qu’en ajoutant un transistor au mouvement, il sera possible de créer une montre plus précise. Ainsi, pour accroître encore la précision, il a l’idée de remplacer le balancier par un diapason, une petite pièce métallique constituée de deux branches parallèles, soudées en forme de U et prolongées par une tige. Le diapason est placé entre deux transistors. Il vibre à 360 Hz, une fréquence étalonnée supérieure à celle d’un balancier classique. Il donne une précision inégalée par un calibre mécanique de 2 secondes par jour ou d’une minute par mois. Du jamais vu! Il divise chaque seconde en centaines de parts égales.

Le brevet est enregistré en Suisse le 19 juin 1953 sous le numéro 312290. Le premier prototype est opérationnel en 1954. Max Hetzel développa sept autres prototypes. En 1959, le développement du Calibre 214, premier mouvement à diapason, est achevé par William O. Bennett, un ingénieur américain de Bulova.

Bulova Accutron's mechanism Mécanisme de la Bulova Accutron

1960 – 1977, succès commercial avant les montres à quartz

La révolutionnaire «Accutron» est présentée officiellement le 10 octobre 1960 par le président de Bulova, le général Omar N. Bradley, ex chef d’état-major du général Eisenhower.

Les premiers modèles d’exposition livrés aux détaillants furent dénommés «Spaceview» - vue de l’espace – en  raison de leur absence de cadran révélant les détails du mouvement à diapason. La commercialisation débute en 1961. Les publicités de l’époque vantent sa précision de 99,9977 %!

L’Accutron est diffusée en plusieurs versions, avec boîtier en acier, plaqué or ou en or, mais c’est la Spaceview qui sera la plus demandée et la plus recherchée aujourd’hui par les collectionneurs.

Des évolutions du calibre 214 ajouteront les fonctions date, calendrier ou GMT. Grâce à cette technologie révolutionnaire, Bulova collabore avec la NASA sur l’ambitieux programme spatial américain en fournissant des instruments Accutron, dès 1958 dans le projet Vanguard, un satellite envoyé dans l’espace. Si l’Omega Speedmaster est la montre-bracelet choisie pour partir dans l’espace, les Bulova Accutron sont les horloges de bord de 46 missions spatiales, dont le programme Apollo. D’ailleurs, une Accutron est toujours présente sur la Lune dans le véhicule lunaire abandonné dans la Mer de la Tranquillité par l’équipe d’Apollo 11 en 1969.

Bulova Accutron Bulova Accutron

Quelques dates fétiches

En 1962, l’Accutron devient la première montre certifiée pour le personnel des chemins de fer américains.

Sa précision permet aux trains de respecter les horaires et surtout d’éviter les collisions qui se produisaient à cause des retards. 75 compagnies ferroviaires dans le monde entier adopteront également la technologie Accutron. Une année après, en 1963, l’astronaute Gordon Cooper, victime d’un incident électrique à bord de sa capsule pendant une mission autour de la Terre (projet Faith 7), est sauvé par son Accutron «Astronaut» qui sert au chronométrage du ré-allumage des moteurs pour revenir sur Terre. En 1964, le président américain Lynden Johnson fait de l’Accutron le cadeau d’Etat officiel offert aux personnalités du monde entier. Les horloges Accutron équipent l’avion présidentiel Air Force One ainsi que les aéronefs et navires de l’armée américaine.

Mais, l’apparition des montres à quartz en 1969 et leur succès commercial vont avoir raison de la technologie à diapason. Pour rebondir, Bulova dévoile en 1976 une collection Accutron fonctionnant avec un mouvement à quartz. Un an plus tard, la production de l’Accutron à diapason est définitivement arrêtée après plus de 5 millions de pièces vendues. Cette date marque également la fin de l’âge d’or de l’histoire de Bulova.

Bulova Accutron ad Publicité vantant la précision de la Bulova Accutron 

Développements techniques

A propos du principe de fonctionnement de l’Accutron, précisons que le diapason alimenté par la pile, vibre à une fréquence de 360 hertz, stabilisée électroniquement par un champ électromagnétique qui fait un bruit très particulier et qui est produit par deux bobines. Ce léger bourdonnement est caractéristique de l’Accutron. L’aiguille des secondes a aussi une course continue, comme une montre mécanique.

Calibres au diapason

La technologie Accutron va être développée dans plusieurs calibres: il y a d’abord le calibre 214 des premières Accutron, dont la Spaceview. Il affiche les heures, minutes et secondes. Son réglage se fait par un système positionné au dos de la montre. En 1972, sa production est arrêtée, sauf pour la Spaceview et les montres pour les chemins de fer américains.

Le calibre 218, présenté en 1965, est plus fin que le 214 (4,4 mm au lieu de 5,5 mm). Il affiche de nouvelles fonctions comme la date (2181), la date et jour (2182 ou 218D) ou un 2e fuseau horaire (2185). Il dispose d’une couronne à 4 heures ou de deux couronnes à 2 et 4 heures.

Bulova Calibre 218 Bulova Calibre 218

Il est fabriqué sous licence par d’autres firmes horlogères, telles que Universal (calibre 52) ou Omega (Speedsonic). Quant au calibre 219, il sera une version à coûts réduits du 218 produite à partir de 1972 pour concurrencer les montres à quartz bon marché. Il incorpore des composants en plastique et un seul transistor.

Enfin, il y a les calibres 230 et 221 qui sont plus petits que le 218. Ils sont produits à partir de 1972 (230) et 1973 (221) pour prendre place des boites de montres pour femmes.

Les principaux modèles

L’Accutron Spaceview est le premier modèle doté du mouvement à diapason. Il est le représentant le plus emblématique de la technologie Accutron et le plus recherché par les collectionneurs. Il se caractérise par son absence de cadran offrant une vue détaillée sur le révolutionnaire calibre 214. Bulova commercialisa dans les années 1960 des versions plus classiques avec cadran. La Spaceview eu un tel succès que certaines versions Accutron à cadran furent converties pour satisfaire la demande soit par des horlogers indépendants soit par la marque elle-même.

La Spaceview a un boîtier de seulement 35 mm – en comparaison des standards actuels à 42 / 44 mm – fabriqué en acier, en acier plaqué or ou en or. La montre est dépourvue de couronne.

Bulova Accutron Spaceview Bulova Accutron Spaceview

Bulova souhaitait ainsi montrer que l’Accutron était tellement précise qu’elle ne nécessitait pas de réglage de l’heure. En fait, la mise à l’heure est déportée sur le fond de la boîte et se fait au moyen d’une molette de réglage positionnée à gauche de l’emplacement de la pile. Un marquage gravé sur le fond permet de connaître l’année de production du modèle. Il est composé d’une lettre et d’un chiffre avec M correspondant aux années 1960 et N aux années 1970 (par exemple M5 signifie 1965). Elle est fixée au poignet par un bracelet en  cuir avec une boucle ardillon frappée du logo de la marque.

L’Accutron Astronaut est le second modèle Accutron, également le plus populaire, notamment auprès des pilotes de l’US Air Force, en raison de son second fuseau horaire indiqué par une aiguille supplémentaire associée à une lunette tournante graduée sur 24 heures. Ce modèle possède une couronne classique à 4 heures et gravée d’un diapason. L’Astronaut fut développée initialement pour le programme spatial de la NASA. C’est le seul modèle à embarquer le calibre 214HN. L’Astronaut Mark II était équipée du calibre 2185 avec réglage rapide de l’heure sans toucher aux minutes et secondes.

L’Accutron du 21e siècle

Même après l’arrêt de la production  en 1977, Bulova continue à surfer sur le succès de son modèle révolutionnaire dont l’appellation désigne aujourd’hui une collection de montres mécaniques et à quartz dépourvues de diapason. En 2007, la montre Accutron Astronaut fit l’objet d’une réédition de 1000 pièces, équipées d’un mouvement mécanique ETA. Le fond était gravé de la signature de l’astronaute américain Buzz Aldrin, ambassadeur de Bulova qui a souvent témoigné du rôle déterminant de l’Accutron dans la réussite de la mission lunaire. En 2008, après le rachat par Citizen, la dénomination Accutron est associée à une collection de montres à quartz et mécaniques, la technique du diapason ayant été définitivement abandonnée.

Bulova Accutron II Alpha Bulova Accutron II Alpha

En 2010, pour célébrer le 50e anniversaire de la présentation de la première Accutron, Bulova commercialisa la Spaceview 2014 en édition limitée à 1000 pièces numérotées. Elle était la réplique exacte du modèle de 1960, sans cadran, et recevait exceptionnellement pour l’occasion un mouvement à diapason comme le calibre 214. Bien qu’affichés à 5.000 $ pièce, tous les exemplaires furent totalement vendus avant d’être produits.

A BaselWorld 2014, Bulova présente l’Accutron II, une version «revival» surfant sur la vague «vintage», héritière de l’Accutron originale.

Son boitier de 40 mm est disponible en acier poli ou plaqué or jaune ou rose accompagné d’un bracelet en cuir marron, noir ou blanc ou en acier traité PVD noir avec un bracelet acier revêtu PVD noir. Comme le modèle original, elle est dépourvue de cadran. Le réhaut supporte les index et le nouveau logo stylisé de la marque. Les aiguilles luminescentes reprennent la forme de celles du modèle original.

Le révolutionnaire calibre 214 à diapason est remplacé par l’innovant et performant mouvement à quartz maison, le Precisionist. Présenté en 2010, il représente la nouvelle génération de mouvements à quartz à haute précision, six fois plus précis qu’un calibre à quartz classique. La marche de l’aiguille des secondes est continue, comme un calibre mécanique et comme le calibre 214. La gamme de prix s’échelonne de $399 à $560. La couronne cachée est positionné sur le coté de la boite et non sur le fond comme le modèle de 1960.

Spécial collectionneurs

Les montres Accutron ne sont pas rares en occasion. Mais attention à leur état ! Privilégier de préférence les pièces en excellent état car les composants sont difficiles à trouver aujourd’hui. On trouve de très beaux modèles entre 500 et 1500 €, la Spaceview étant plus recherchée donc sensiblement plus chère.

Wyler et le révolutionnaire système Incaflex - Part 1

Par Rémy SolnonJournaliste spécialisé
La marque Wyler Genève? Une descendante de la manufacture créée par Paul Wyler au début du 20e siècle. Elle magnifia dans...