Pebble Beach 2014 Testa Rossa
Le monde automobile

Bulgari fait tourner les têtes rouges à Pebble Beach

Le long de la baie de Monterey, en Californie, la griffe romaine Bulgari, 130 ans de raffinement et d’élégance, célèbre la plus rare et exclusive des Ferrari, la 250 Testa Rossa via un spectaculaire rallye.

Par Frédéric Brun
Contributeur

Etre où on ne vous attend pas: tout le truc est là. En cette année de célébration d’une histoire, déjà longue de 130 ans, dédiée au raffinement il était facile d’imaginer que les festivités commémoratives de l’anniversaire de la maison Bulgari, aux Etats-Unis, auraient été tournées vers la haute joaillerie. Mais Bulgari aime jouer la surprise. S’appuyant à la fois sur son savoir-faire horloger et sur ses origines, la prestigieuse griffe a préféré rendre hommage au génie créatif et sportif italien au travers d’un spectaculaire rallye organisé pour célébrer la plus rare et exclusive des Ferrari: la 250 Testa Rossa.

Excellence et exclusivité, valeurs historiques partagées

L’occasion, ce fut le fameux concours d’élégance de Pebble Beach, en août dernier, le long de la baie de Monterey, en Californie. Bulgari en est devenu le partenaire pour la joaillerie. Pour la première fois quatorze des vingt-six exemplaires survivants de la «250TR» étaient réunis.

Ferrari Testa Rossa 250 GT Ferrari Testa Rossa 250 GT

Cette voiture de course, produite par le constructeur de Maranello entre 1957 et 1961. La robe, spectaculaire, est griffée par Scaglietti, est dissimule – à peine – le V12 de 2953 cm3 développant les 304 chevaux ayant assurés tant de victoires à ce bolide fascinant, notamment lors des 24 Heures du Mans. Parmi les «250TR» réunies à Casa Palmero, trois d’entre-elles étaient justement celles victorieuses dans la Sarthe en 1958, 1969 et 1961; année du sacre au Championnat du monde. Si la réunion de Pebble Beach offre depuis 1982 l’occasion de voir ensemble les fameuses et rares 250 GTO, ce rassemblement des 250TR est inédit et inouï.

Un moment exceptionnel donc, au cœur d’une communauté d’esthètes passionnés, comme le souligne Stephane Gerschel, en charge de la communication de Bulgari, mais surtout membre du prestigieux jury du concours d’élégance cette année: «La Testa Rossa est encore plus rare que la 250 GTO. C’est le Graal pour les passionnés de la marque. D’ailleurs, les propriétaires sont aussi souvent ceux des GTO. Souvent ils ont aussi une «châssis court». Le trio de rêve». Des hommes et des femmes de goût, toujours amateurs de ce qui se fait de plus beau.
 

Stéphane Gerschel et Jay Leno
(Copyright © Kimball Studios/ Used courtesy Pebble Beach Concours d'Elegance)

«La présence de Bulgari est parfaitement légitime, car la maison aime l’excellence et l’exclusivité. Les possesseurs de telles voitures sont souvent des amateurs de grandes complications horlogères et leurs épouses de haute joaillerie. En plus, nous apportons la touche de génie créatif italien qu’ils apprécient. Le Best of Show du concours (NDLR: Une Ferrari 375 MM de 1954, exemplaire unique carrossé par Scaglietti pour Roberto Rossellini) en témoigne.»

Ballades chic, paysages uniques

De même que rien ne remplace la contemplation d’une montre à son poignet plutôt dans la vitrine, le moment le plus saisissant fut de découvrir ces machines de course s’ébrouer sur la route. Bulgari et les autres partenaires de l’événement ont donc vu les choses sous l’angle de l’art de vivre automobile.

Pebble Beach 2014 quatorze Ferrari 250 TR Pebble Beach 2014 quatorze Ferrari 250 TR

En marge du concours, les heureux possesseurs de Testa Rossa ont fait route ensemble, le long du Pacifique, remontant par Route 156 vers Hollister, avant de faire une boucle les conduisant à Bernardus Lodge, dans la Carmel Valley, pour un délicieux déjeuner.L’après-midi, les jolies routes côtières donnaient au parcours une variante touristique sans lui enlever cette ambiance digne des plus belles éditions de la Targa Florio ou des Mille Miglia.

Revenus à Casa Palmero, les ladies & gentlemen drivers devaient se retrouver à la nuit venu pour un dîner privé dans la magnifique résidence de l’un d’entre-eux, au cours duquel des parures de haute joaillerie Bulgari étaient présentées. Comme toujours chez Bulgari, le plus grand chic se combine à une certaine forme de décontraction élégante, terriblement italienne, comme le souligne Stéphane Gerschel.

Ferrari Testa Rossa 250 GT Ferrari Testa Rossa 250 GT

Le deuxième jour de cette balade devait conduire l’escadrille de Ferrari de Carmel vers Laureles Grade, puis près de Laguna Seca, où se couraient naguère de fameuses compétitions, avant un déjeuner au Golf Club de Monterey. Le troisième jour, cap vers le Sud: Santa Barbara. Au petit matin, les autos firent une route magnifique vers la Baie des Dauphins et Pismo Beach, près d’Avila, puis retour vers Santa Barbara. Au total, 230 miles. Le lendemain, la journée fut ponctuée par une visite privée du musée de Peter Mullin à Oxnard; l’une des plus belles collections de voitures françaises, avec nombre de Bugatti, Voisin, ou Delâge.

Bulgari reviendra en 2015

Enfin, pour clore ces réjouissances hors normes, le dernier jour s’articula autour des routes de la forêt du parc national de Los Padres, et s’achevèrent par un beau dîner de gala à El Encanto.

Stephane Gerschel Stephane Gerschel de Bulgari
(Copyright © Kimball Studios/ Used courtesy Pebble Beach Concours d'Elegance)

Soit en tout un peu plus 780 miles, dévorés avec une facilité déconcertante pour ces pur-sang. Les belles mécaniques sont toujours les plus efficaces. «En prime, c’est la plus belle bande son du monde!», confie en privé Stéphane Gerschel. Ce gentleman-driver avisé ne sait pas encore s’il sera une nouvelle fois sur la ligne de départ du Tour Auto, l’an prochain, avec son co-équipier, mais il est heureux d’annoncer, dès à présent la participation de Bulgari, en tant que Joailler, pour le prochain concours de Pebble Beach. Rendez-vous est pris.

--

Visitez l'espace officiel Bulgari sur watchonista.com

Et recevez chaque semaine une sélection personnalisée d'articles.

Bulgari et l’horlogerie 2ème partie: La dimension Manufacture, en mode industriel

Par Joel GrandjeanRédacteur en Chef
De plus en plus de collectionneurs s’en émeuvent: la marque maîtrise les complications mère… Sait-on que pour ses calibres de...

A. Lange & Söhne au Concorso d’Eleganza Villa d’Este 2014

Par Amr SindiExpert alias the Horophile
Le 24 mai dernier, A. Lange & Söhne participait - en tant que partenaire officiel - au concours d’élégance (Concorso d’...