Shooting mémorable: la première Rolex tourbillon de l'histoire

Shooting mémorable: la première Rolex tourbillon de l'histoire

En dévoilant à Genève le ‘premier tourbillon Rolex de l'histoire horlogère’, Label Noir et son CEO l'horloger Emmanuel Curti ont érigé les arts de la personnalisation ultra au rang de marque. Shooting historique avant livraison.

Par Joël A. Grandjean
Contributeur

Un commanditaire qui veut rester anonyme, une personnalisation inattendue. Ce client-là est plutôt cool et doit se régaler du buzz dont il est la cause.
 


Malgré son vœu d'anonymat, il doit être fier de sa commande et certainement d’être le premier à posséder une Rolex à la fois dotée de la complication du tourbillon et des papiers officiels.

Deux montres Rolex Milgauss dans un écrin

Ce client anonyme a autorisé Label Noir, à qui il avait confié la réalisation de son fantasme, non seulement à présenter la pièce lors d'un petit déjeuner de presse (un événement initialement organisé pour célébrer l'arrivée de la société dans le TwentyFirst Luxury Group), mais il a aussi permis que cette pièce soit photographiée. Ainsi, avant que ce modèle ne soit livré à son propriétaire et disparaisse peut-être des curseurs de l'actualité horlogère, Watchonista a dépêché son photographe reporter Pierre Vogel pour un shooting historique.
 


Le jour avant, j'avais eu cette pièce dans les mains. Ma première question concerna son écrin. Car elle se trouvait dans une somptueuse boîte en bois totalement neutre, non extravagante, disposant d'un espace prévu pour recevoir deux montres. Alors, naturellement, j’ai voulu savoir quelle allait-être la deuxième montre? «Une autre Rolex Milgauss de série, sans aucune autre retouche» me précisa amusé Emmanuel Curti, CEO de Label Noir et surtout horloger genevois pur jus. C'est à dire un horloger issu de l'Ecole d'Horlogerie de Genève, membre de la SSC, la Société Suisse de Chronométrie.
 


Un horloger qui a cumulé les expériences dans le SAV, notamment au sein de Les Gardiens du Temps, sa propre société de cotraitance horlogère. C'est d'ailleurs de cette manière qu'il a été confronté pour la première fois à l'univers de la personnalisation ultra qui, dans d'autres secteurs portent le nom de cutomisation ou de tuning. En d'autres termes, répondre par une solution technique aux désirs de clients finaux dont le vœu est de laisser une trace d'eux-mêmes dans un produit. Bref, un rapport à la possession d'un bien qui passe par l'intime et l'égo, en tous les cas par l'aspiration à la différence.

Marques dédiées à la personnalisation

Emmanuel Collomb, le CEO de TwentyFirst Luxury Group, était aussi de la partie le mardi 18 septembre 2018 au Swiss Made Restaurant. C'est dans ce haut-lieu de l'horlogerie en mode networking et brassage d'idées, propriété d'Alain Guttly, bouillant détaillant de la Maison de l'Horlogerie, qu'il avait décidé, en présence de quelques amis journalistes, de célébrer l'arrivée de Label Noir dans son groupe qui chapeaute notamment l'essor des boutiques «Nous». Il incarnait en ce lieu la présence d'investisseurs particulièrement sensibles à cette niche de la personnalisation jusqu'au-boutiste. D'abord avec la marque Hadoro, qui possède à Besançon et en Russie deux Manufactures dédiées à d'identiques opérations sur des objets non-horlogers. Puis, plus récemment, avec l'acquisition de Label Noir, une structure issue de l'incroyable tissu de la cotraitance horlogère suisse, un bassin de sociétés qui s'étale de Genève jusqu'aux extrémités de l'arc jurassien.
 


Soudain, appartenant à un journaliste, la moto BMW entièrement customisée garée à l'entrée m’a permis de réaliser l'ampleur insoupçonnée du phénomène. CEO et journaliste se lâchent un instant oubliant quasiment la présence et des invités et des hôtes: des mots passionnés, un tutoiement immédiat, le sentiment d'appartenir à un même niveau de compréhension...

Rolex et Tourbillon, deux mythes pour une métamorphose

Au premier regard, la Milgauss entièrement modifiée pour être en mesure d'accueillir en sa boîte un tourbillon, reste d'une sobriété insoupçonnée. En cela, contrairement à ce que certains fils de commentaires colportent dans les forums spécialisés, elle reste avant tout une Rolex. Pas d'exagération dans l'ouverture qui permet de visualiser ce mécanisme en mode volant, doté d'une cage comportant les initiales LN pour Label Noir.
 


Son fond est non transparent, l'ensemble de ses surfaces, maillons du bracelet acier compris, a été recouvert d'un traitement ADLC, ce qui, par usage de gaz et non pas de la dispersion utilisée par les procédés PVD, apporte une solidité supplémentaire à un éclat qui, entre le gris industriel et le noir mat, frise l'extase dans cet univers particulier des adeptes de la personnalisation. Sur la base cadran d'origine, les index ont été dé-sertis puis replacés à l'identique sur le tour d'heure recréé. Une ouverture y a été faite afin que la cinétique caractéristique du tourbillon puisse être accessible visuellement.
 


Les interventions sur le calibre sont plutôt rares au monde de la personnalisation. Car elles requièrent des compétences peu habituelles et surtout, elles ne peuvent provenir que d'acteurs jugés crédibles et éthiques, compétents. Ainsi, Label Noir s'est adressé à un motoriste déjà à l'aise dans la réalisation de tourbillons. D'emblée, le parti-pris fut de conserver le maximum de composants d'origine du mythique calibre Rolex référence 3131.
 


Pas question de remplacer dans le même encombrement, ce calibre trois-aiguilles par un autre calibre à tourbillon. Les horlogers entre eux adorent qu'on les challengent, qu'on leur lance des défis. Alors seules 2 pièces ont été modifiées, 53 composants ont été enlevés tandis que moins d'une centaine, liés à la cage du tourbillon, ont été ajoutés. Pour que les performances ne soient pas touchées, le ressort du barillet a été changé et le nombre d'alternances par heure est passé de 28'000 à 21'600, soit de 4 hertz à 3 hertz. La platine, l'un des deux composants qui a du faire l'objet du plus d'aménagements reste une platine de Milgauss comme l'atteste son numéro de série intact. Un peu comme le serait le numéro de chassis d'un bolide modifié, dans l'univers automobile.
 


A noter que si, sur demande d'un deuxième client, l'opération Milgauss Tourbillon devait être renouvelée, il faudrait envisager un budget d'environ CHF 125'000.00 et trois mois d'attente.

Les fondamentaux ravivés

Depuis plus de quinze ans le message que je parage avec les co-traitants de l'horlogerie est le suivant: "Vous n'avez pas toujours le droit de citer vos clients, qui sont des marques prestigieuses qui recherchent la lumière des protecteurs, mais rien ne vous empêche de parler de la beauté de vos gestes, de vos matériaux et de vos histoires entrepreneuriales." Alors l'arrivée de Label Noir me réjouit particulièrement.
 


Qu'une signature synonyme de marque de luxe puisse naître du réseau de compétences de la cotraitance horlogère est une sorte d'aboutissement. D'autant que la personnalisation ultra, lorsqu'elle se pratique avec éthique, réclame ces talents et ce respect des fondamentaux. De plus, ce mode de consommation qui passe par l'appropriation par le client final d'un produit quelle que soit son branding, est un retour aux origines de l'horlogerie. Les horlogers du passé réalisaient leurs chef-d'oeuvres sur commande, rarement de leur plein gré. Ce n'est qu'après qu'ils y rajoutèrent plus tard leur nom et prénom, suivi du lieu de domicile de leur atelier.

Label Noir’s Polarizing Rolex Milgauss Tourbillon en vidéo

Les nouveautés de Rolex en plan rapproché à Baselworld

Par Atom MooreContributeur invité
Atom Moore, l’oeil du célèbre photographe en plan serré sur les nouveautés de Rolex à Baselworld 2018.