A Look at the Femtosecond and Where to Find a Device Capable of Measuring It

La Chaux-de-Fonds: la femtoseconde s’offre une minute de gloire

Quelque part dans une ville de Suisse, à 1000 mètres d'altitude et dans les montagnes de l'arc jurassien, l'infiniment petit vient de se loger au cœur du seul musée international d'horlogerie du monde... A demeure?

Par Joël A. Grandjean
Contributeur

Les gens adorent parler de ce qu'ils n'ont pas vu et ne verront jamais. Ainsi parle-t-on des galaxies, des étoiles qui nous prennent de haut du haut de leurs milliers années lumières, puis des poussières d'atome qui se divisent encore à l’infini après que nous les ayons localisées. Bref, aussi insignifiante soit-elle, la femtoseconde, soit le milliardième de cette unité qui se bouscule en 3600 exemplaires dans une heure, s'offre dans le haut du Canton de Neuchâtel, une première médiatico-ludique. Une salle à elle seule, un espace juste pour elle.
 

Quelques précisions à propos de la précision

La quête de la précision occupe les horlogers et les savants depuis que les consciences des peuples se sont chargées de perceptions temporelles. Pour ce qui nous touche le plus, à savoir cette horlogerie d'obédience mécanique, cette quête a généré dès le 17ème siècle un grand nombre d'innovations.

«Les oscillateurs sont au cœur de ces développements: le pendule, le balancier-spiral puis le quartz permettent de décupler la précision des horloges» rappelle Régis Huguenin-Dumittan, le Conservateur du MIH.
 


Soudain, le temps précis change de mains: au sortir de la deuxième guerre mondiale, la mesure précise du temps passe du camp des horlogers et des astronomes à celui des physiciens. Oui, dès1967, la seconde n'est plus définie par les observations astronomiques comme le passage du Soleil au zénith, mais par la mesure d'un phénomène microscopique: l'oscillation d'atomes de césium. Et dans ce registre, les progrès n'ont cessé là aussi de doper la créativité, les recherches et donc les découvertes. Ainsi est-il possible d'affirmer que l'imprécision du début de notre troisième millénaire, ce qui équivaut à la marge d'erreur d'un tic-tac césiumique, est de l'ordre de 0,000 000 000 000 001 seconde, soit d'une femtoseconde.
 

D’Henri Grandjean à la micro seconde, l’Histoire en marche

A La Chaux-de-Fonds, là où l'histoire de l'horlogerie a tellement marqué les reliefs architecturaux et humains, au point que l'Unesco s'en est fait l'écho dans son patrimoine mondial de l'humanité, cet incroyable musée issu des entreprises privées et de la vision d'un bâtisseur, Maurice Ditisheim, permet aux élèves comme aux passionnés, aux savants comme aux néophytes, de se souvenir qu'il n'y a pas si longtemps, les horloges des clochers n'indiquaient que l'heure et qu'il fallut attendre un peu avant que des aiguilles de minute puis de seconde se décident à balayer nos cadrans.
 


Cette mise en perspective, ce saut dans le passé pour mieux appréhender un futur qui donne le vertige, ouvre un champ de rêves et de possibles dont l'une des représentations les plus tangibles aujourd'hui dans la conscience collective reste le satellite Galileo dont l'existence se niche jusque dans les recoins de notre smartphone. Puis, au sortir de la visite de cette exposition, d'autre mots viendront enrichir le vocabulaire temporel: comme le césium, l'hydrogène ou le rubidium... De quoi ravir, s'il avait eu la possibilité d'y assister, l'initiateur et le constructeur de l'Observatoire de Neuchâtel, mon ancêtre le grand horloger Henri Grandjean. Cet homme d'exception qui avait permis de relier dix ans plus tard au nom de la quête de la précision, l'école horlogère du Locle à cet Observatoire dont la grande lunette méridienne fait encore écho aujourd'hui à l' Oscillatom, cette horloge atomique au césium développée par l'entreprise Oscilloquartz à Neuchâtel.
 


A la Chaux-de-Fonds, le temps a rendez-vous avec l'Histoire. Ensemble, ils ont des projets d’avenir. Et, contrairement à la comparaison osée il y a peu par Xi Jinping, le Président de la Chine en visite en ces murs, le MIH Musée International d'Horlogerie, n'a rien d'une Cité Interdite.