Minute repeater model 7  Soone ©Antiquorum

Répétition Minutes: le juste ton sur ses origines

Toutes les civilisations ont fait du temps sonné une prérogative absolue des institutions civiles ou religieuses. Voilà pourquoi disposer des moyens de le faire en réduction confère à son propriétaire une dimension particulière.

Par Vincent Daveau
Rédacteur France

Cette prérogative explique également sans doute le caractère envoûtant  que revêt cette complication horlogère auprès des collectionneurs. Toutefois son évocation soulève deux questions: celle de savoir qui en a été l’inventeur et quelles ont été les raisons qui ont bien pu pousser les horlogers à fabriquer d’aussi complexes instruments permettant de sonner l’heure. Voici quelques  pistes de réflexions.

Antique Répétition Minute 1800 - 1900 Montre de poche à long pendant servant à l’armement de sonnerie. Beau mécanisme anonyme: deux timbres fil et mécanisme d’armage visible par le fond de cuvette.

Les origines des Répétition Minutes

On rapporte que la plus ancienne montre à répétition minutes connue à ce jour serait une pièce réalisée à Friedberg, en Allemagne, vers 1710.

Julien Leroy Montre de Carrosse vers 1750 Montre de Carrosse Julien Leroy: montre à sonnerie avec aiguille servant à marquer l’heure de sonnerie. Boîte de protection en cuir repercé pour laisser passer le son de la sonnerie.

Pour les autres, dont les ouvrages font autorité dans le monde horloger, l’invention de la montre à répétition reviendrait à un horloger anglais du nom de Daniel Quare (1649-1724). Pareille innovation dont on devine l’intérêt qu’elle suscitait auprès des élites, ne devait pas tarder à être améliorée. Il se dit également que Thomas Mudge (1715-1794), élève de George Graham, contemporain de John Harrison et surtout connu pour être l’inventeur de l’échappement à ancre, aurait créé une montre à répétition minutes. Sensiblement amélioré, ce mécanisme d’une grande complexité devait encore évoluer avec la mise au point par le grand Abraham-Louis Breguet, de timbres fil permettant, grâce à leur finesse et leur placement à la périphérie du mouvement, de réduire considérablement l’épaisseur des boîtes et offrant, par effet, à ces instruments de pouvoir coller parfaitement à la mode de leur temps, et donc de toujours rester au fait de la tendance.

Montre à répétition de Buty vers 1835 Montre à répétition de Buty vers 1835. Une pièce typique de belle facture avec, visible également, le mécanisme de répétition, étoilage d’heure, râteau des minutes et limaçon des quarts.

La voix du pouvoir

En matière de répétition minutes tout a été écrit ou presque quant à ses origines. Et la plupart de ces origines sont folkloriques et fantaisistes. Des auteurs, sans doute connaisseurs dans l’art mécanique mais peu versés dans les sciences sociales et les valeurs fondatrices du Siècle des Lumières pensent encore que les montres à Répétitions Minutes servaient – faute d’avoir inventé les aiguilles luminescentes- à informer leurs propriétaires de l’heure, une fois la nuit venue.

Montre à répétition de Albert H. Potter & Co, Genève Montre à répétition de Albert H. Potter & Co, Genève: une belle montre savonnette typique de la toute fin du XIXième siècle. Mouvement de qualité avec deux marteaux et deux timbres. Chatons vissés. Balancier de chronomètre avec réglage fin en col de cygne et spiral à courbe Breguet.

Humoristiques, ces allégations font abstraction des us et coutumes du passé. Autrefois, un homme susceptible de posséder une montre à répétition, ne dormait pas comme on le fait aujourd’hui. Il le faisait tout d’abord en position semi-assise et sa chambre était habituellement baignée par la lumière d’une bougie ou d’une chandelle (en fonction des revenus) que l’on appelait veilleuse, et qui se trouvait à quelques distances du couchage.

Egalement, l’absence de table de chevet et de lumière, si elle avait manqué, aurait imposé au propriétaire du précieux garde-temps à se déplacer dans l’obscurité (au risque de casser la montre en la cherchant à tâtons) pour connaître une heure qu’il pouvait entendre, grâce aux différents cartels se trouvant dans sa maison.

Montre à répétition minutes avec chronographe, quantième perpétuel et phases de lune Montre à répétition minutes avec chronographe, quantième perpétuel et phases de lune: une pièce en or de grande complication avec calibre soigné et compliqué. Le mécanisme de répétition se trouve sous le cadran, le mécanisme de chronographe se trouvant côté pont. Balancier de type chronomètre.

Non, l’intérêt pour les montres à répétition minutes est bien plus rationnel. Ces instruments complexes à fabriquer sont la transposition à une échelle réduite d’une prérogative réservée aux institutions politiques et religieuses. En effet, la matérialisation du temps et le séquençage de la journée grâce à l’emploi de sons est, depuis l’Antiquité, l’expression physique de l’emprise du pouvoir civil ou religieux sur les populations. Par incidence, tous les moyens susceptibles de dire l’heure d’une façon sonore est intuitivement considéré comme un symbole de pouvoir.

Montre à répétition antique signée Henry Robert à Paris 1830 Montre à répétition antique signée Henry Robert à Paris: une belle pièce avec balancier en position centrale. Platine à l’ancienne avec coq supérieur. Travail soigné avec poussoir au pendant fixe.

Longtemps, on a également cru la sonnerie un moyen discret d’avoir l’heure en bonne société. Il n’en est rien car les horlogers avaient mis au point des montres disposant de mécanismes permettant d’avoir l’heure par vibrations (montres à toc) ou grâce au toucher comme cela se fait pour les montres d’aveugle (montres à Tact). Non, la sonnerie, hier comme aujourd’hui, devait être audible par le plus grand nombre et il devait être plaisant pour son propriétaire de la faire entendre à un large public dans les salons et boudoirs de jeu. Les notes se révélaient alors l’expression d’un ennui, d’un niveau de fortune ou celle du désir de faire converger l’attention à soi. De fait, les motivations d’hier ne sont pas tant différentes de celles d’aujourd’hui lorsqu’il s’agit d’acquérir une pièce de cette sorte.

 Montre à Grande et petite Sonnerie, silence et fonction répétition minutes Montre Soone: Montre à Grande et petite Sonnerie, silence et fonction répétition minutes. Une pièce rare avec un mouvement typique de ce genre d’exécution. Fin XIXième siècle. Production suisse.

Appréciation sonore

On retiendra que la qualité d’un son est une valeur pratiquement universelle et qu’en matière de note, l’oreille ne supporte pratiquement jamais l’à peu près. Voilà pourquoi la richesse des notes employées est essentielle.

Elle concoure très largement à l’appréciation. Pour cette raison, une montre à répétition minutes est bien plus qu’un bel assemblage mécanique.

Vacheron Constantin Patrimony Contemporaine Ultra-Plate Calibre 1731

Par Vincent DaveauRédacteur France
Dans la continuité de son exposition, la Patrimony Contemporaine Ultra-Plate Calibre 1731 de Vacheron Constantin à l’art de sonner juste...