tag heuer autavia

BASELWORLD 2017: Jour 1 – Réenchanter un marché versatile

Dans un marché horloger qui se cherche depuis un peu plus d’un an, aussi bien en terme de clientèle qu’en mode de communication, Baselworld 2017 se présente comme le rendez-vous à ne pas manquer. Tout le monde dans les starting-blocks ! 

Par Vincent Daveau
Rédacteur France

Il faut dire, débuté en avril 1917, le Baselword, initialement intitulé « Foire suisse d’échantillons de Bâle » devrait fêter son centenaire cette année. Seulement, il a fallu attendre 1931 pour que ce point de confluence intègre la première « Foire suisse de l’horlogerie ». Au fil des ans, elle s’est élargie à la concurrence étrangère puis à la bijouterie-joaillerie. En 1983 elle a pris le titre de « Basel Messe » pour adopter en 2003, la dénomination de Baselworld ; un nom plus conforme à l’image luxueuse de ce salon qui réunit, cette année, du 23 au 30 mars, plus de 1500 exposants. Ce millésime qui connaît cette année une petite inflexion du nombre d’exposants horlogers, devrait attirer sur les 140 000 mètres carrés d’expositions, plus de 145 000 visiteurs, professionnels de la discipline, journalistes et amateurs confondus. 

Baselworld opening day

Croire aux miracles

Tout le monde, à l’aube de l’ouverture au public, est en attente d’une sorte de miracle. Dans un métier qu’il va falloir réenchanter en proposant des produits à la fois attractifs et accessibles, mais aussi mécaniquement aboutis et dessinés pour répondre aux désirs du plus grand nombre, les chiffres de janvier des exportations horlogères sont relativement inquiétants. En effet, ces dernières sont restées en recul durant le mois de janvier de près de 6,2% (statistique FHS). Mais des signes encourageants en matière de mouvements de flux laisse penser que la période sombre du retail horloger est passée. Le marché chinois connaît une reprise lente mais constante, et les Etats-Unis connaissent une progression de l’ordre de 5% ; un chiffre finalement motivant quand tous les autres indicateurs sont encore dans le rouge

TAG Heuer Connected Modular 45

Le cycle des Révolutions

Alors qu’attendre de ce salon ? Des révolutions industrielles, des innovations ébouriffantes, des annonces percutantes ? Dans l’absolu, comme disent certains analystes, l’année 2017 aura des faux airs de 2009. A savoir que les prémices d’une reprise se remarqueront plus nettement dans le courant du second semestre. Soit dit en passant, la révolution horlogère est en cours et nous sommes tellement dedans que nous avons du mal à juger de sa progression. Depuis le début du lancement de la seconde montre connectée d’Apple, la marque de Cupertino en a vendu près de 5 millions, tandis qu’en un peu plus d’un an TAG Heuer a vendu 56 000 TAG Connected. Les chinois font également une percée dans le secteur tandis que Montblanc lance sa version connectée sous le nom de Summit : une montre au dessin inspiré des modèles Minerva. A chacun ses choix. 

Montblanc Summit Smartwatch

Oser se ré-emparer du marché

Une certitude, les horlogers suisses ont, dans l’absolu, confiance en leurs produits et ont la conviction quasi certaine que le marché ayant atteint son plancher, ne baissera plus. De fait, les marques même parfois les plus mal en point, tentent des coups fumants pour faire front face à une concurrence de plus en plus rude. On se penchera sur le transfert de compétences organisé par LVMH de TAG Heuer au profit de Zenith. Le nouveau calibre El Primero 21, itération du Mikrographe, méritera l’attention des fanatiques de belle mécanique embarquant de la technologie de pointe. Dans la même veine et toujours dans le même groupe (preuve que LVMH met le turbo), Bvlgari a choisi de concurrencer Piaget avec des pièces extra-plates parées de boîtiers Octo Roma réputés pour leur puissance graphique.

Zenith El Primero calibre 21

Pour sa part, Hublot, entre mode et pure mécanique, jouera la carte du produit branché tandis qu’Omega célèbrera les soixante ans de la légendaire Speedmaster. Et dans cet univers prêt à tout pour s’auto-congratuler et se remémorer ses périodes de fastes, Longines rendra hommage aux héros des temps modernes à travers l’exploit de Charles Lindbergh tandis qu’Eterna renouera avec l’aventure du Kontiki… Tudor de son côté, poursuit le développement de sa collection Heritage Black Bay en présentant le premier chronographe de la ligne. Doté d’un calibre automatique muni d’un spiral en silicium et certifié chronomètre par le COSC, cet instrument en acier de 41 mm s’inspire du passé pour mieux souligner la durabilité de sa conception.

TUDOR Heritage Black Bay Chronograph

Réenchanter le discours

A chacun ses paradigmes... Mais ré-enchanter le discours n’est-ce pas renouer avec ses racines, tenter de raccrocher les wagons avec l’histoire d’une industrie qui a su servir la cause des aventuriers et participer à l’aventure humaine ? Aujourd’hui, totalement dans le « trade », dans le profit à la petite semaine, les marques se trouvent des nouveaux héros parmi les « faiseurs de mode », les nouveaux « dandys », les jet-setters et surtout les « influenceurs »… Dans un monde en quête de lui-même et de ses valeurs, les horlogers ont peur de l’obsolescence programmée que véhiculent les montres connectées. Seulement, ils oublient qu’ils ont déjà cédé aux sirènes de la mode qui, elle aussi et par nature, n’existe qu’à travers la vie et la mort rapide de valeurs, de couleurs et de formes. 

Rolex Oyster Perpetual Sea-Dweller

A vivre et communiquer de plus en plus vite, tout s’affadit à grande vitesse et seuls, comme par miracle, certains modèles au nombre desquels les montres Rolex, conservent leur aura dans le temps. N’est-ce pas d’avoir fait le choix de souscrire à l’idée que le mieux n’est pas nécessairement d’aller trop rapidement de l’avant ?A aller trop vite, le monde s’emballe. Aujourd’hui, l’accélération a engendré un blocage que les maisons horlogères ont analysé à leur façon sans vraiment s’interroger sur le cœur du problème : les prix qui, envers et contre tout, continuent de croître de plus belle… Et le plus drôle, c’est qu’il y a toujours une raison à cela… 

Rolex Nouveautés 2017: optimiser les reines de l’Hydrosphère

Par Vincent DaveauRédacteur France
Le monde est un village global à l’échelle de la communication multiforme. Dans ce contexte, Rolex fait le lien entre tous les amateurs d...

Baselworld 2017: A l’heure des constats

Par Vincent DaveauRédacteur France
En cette année de son centenaire et malgré une conjoncture difficile, Baselworld, vitrine de l’industrie du luxe, a fait la dé...

Exclusif: Jaquet Droz Loving Butterfly Automaton – Hora in mobile

Par Vincent DaveauRédacteur France
En hommage au génie mécanique de Henri-Louis Jaquet-Droz, la maison éponyme présente cette année une montre à...
Par Marco Gabella
Co-fondateur - Editeur Exécutif

Fruit de « l’Autavia Cup » qui permis aux passionnés de la marque de voter pour le modèle qu’il désirait voir produit en série, cette montre reflète bien l’univers de sports mécaniques cher à Jack Heuer. Le bracelet en acier reprend les codes de la version originale tout en ayant une conception contemporaine des plus ergonomique. Un vrai TAG mais aussi une vrai Heuer à un prix inférieur à 5000 CHF. 

Par Vincent Daveau
Rédacteur France

Captatif pour tout ce qu’il a d’original, ce chronographe en acier au dessin intensément classique emporte un calibre automatique de chrono à roue à colonne (MT5813) que l’on sait de belle facture. On retient comme points forts : son dessin d’ensemble très « sixties », son calibre d’origine Breitling (proche esthétiquement du cal. 4130 du Daytona), son bracelet à rivet et son prix réfléchi…

Par Audrey Humbert
Contributeur

Récemment sortie sur le marché, mais déjà un objet de collection. Je peux déjà imaginer sa description dans un catalogue d’enchères : "the ceramic Red Sea-Dweller". Ayant eu l’opportunité de la voir au poignet de mon voisin lors d’un dîner, j’ai immédiatement remarqué que ce n’était pas une Rolex d’un modèle courant. La lunette en céramique fournit un éclat très spécifique à la pièce. Quant à la loupe Cyclope, j’aurais probablement préféré son absence, à l’instar des puristes de la Sea-Dweller, mais on peut aussi faire avec.

BASELWORLD 2017: “To Jack” - Un film réalisé par Patrick Dempsey

Patrick Dempsey, acteur, pilote de course et ambassadeur de TAG Heuer a aujourd’hui offert un cadeau unique et magique à Jack Heuer, Honorary...

BASELWOLRD 2017: TAG Heuer AUTAVIA – Retour d’une icône

L’Autavia, mythique chronographe de pilote des sixties que les collectionneurs s’arrachent, fait son come-back en 2017.

TUDOR Tutorial #3: How To Use The Chronograph Function?

ZENITH - Highlights 2017

Zenith - Defy El Primero 21 Launch in Glasgow

Defy El Primero 21 - Watches of Switzerland - Faye Soteri and Bill Prince

The Zenith Defy El Primero 21

TAG Heuer | Autavia Calibre Heuer 02 42 MM

TAG Heuer | To Jack by Patrick Dempsey

TUDOR Heritage Black Bay Chrono - Baselworld 2017