Launch Of Chopin Watches: Polish Swiss Made Haute Horology

Lancement de Chopin Watches: Haute horlogerie polonaise Swiss Made

Lancer une nouvelle marque de montre est toujours un challenge. Lancer une nouvelle montre mécanique de luxe polonaise accentue la difficulté. Utiliser un nom aussi connu que Chopin rend l’aventure périlleuse. Chopin watches relève le défi haut la main !

Par Benjamin Teisseire
Éditeur et développement commercial

Peu importe l’âge, quand on est passionné, cela se voit. Peu importe la difficulté de créer une marque, quand elle a du sens, cela fonctionne. Watchonista a eu l’honneur d’être invité au lancement de Chopin watches à Varsovie la semaine dernière. Voici les premiers moments de cette marque à découvrir pour tous les amateurs de belle horlogerie mécanique indépendante.
 

Musée Frédéric Chopin à Varsovie

Au début il y avait le sens

Michal Dunin et son équipe d’amoureux de montres n’ont pas peur des challenges. En 2012, ils ont relancé la seule marque à produire des montres de poignets en Pologne dans les années 60 : Błonie. Le nom vient d’un petit village de Pologne où la production se tint de 1959 à 1969. Vous n’avez probablement jamais entendu ce nom, cependant 1,2 million de montres virent de cet endroit reculé durant cette décade.
 

Evénement au Musée Frédéric Chopin
Musée Frédéric Chopin

Avant de relancer ces montres automatiques pour les masses, notre jeune équipe d’entrepreneurs a dû convaincre un grand nombre de personnes qu’ils étaient sérieux. Armés d’un prototype, ils sont allés directement au conseil municipal du village où de nombreux anciens ouvriers de l’usine étaient presents. Devant 60 personnes, ils ont présenté leur projet et démontré leur motivation sans faille. Les questions ont fusé. Les émotions ont été partagées. Et Błonie vit à nouveau. Ceci montre l’authenticité et la sincérité de Michal et son équipe. C’est le socle de la démarche de Chopin Watches.
 

Montre de Frédéric Chopin

Le meilleur du Swiss Made

Après le lancement réussi de leur marque de montres automatiques polonaises d’entrée de gamme, le défi suivant fut de créer une marque horlogère de luxe à l’attrait international. Michal précise sa démarche : « Nous voulions absolument du Swiss Made pour que le public comprenne immédiatement que nous étions sérieux. Et nous ne voulions pas simplement mettre un nom célèbre sur un cadran. L’Institut Frédéric Chopin aurait refusé et ce n’était de toute façon pas notre vision. Nous voulions créer un garde-temps plein de sens qui exprime le caractère du maître musicien : son unicité, son romantisme, ses émotions fortes envers la révolution polonaise retranscrites dans son œuvre musicale ». Un bel objectif ! La quête débuta donc pour trouver les bons partenaires, capables de traduire leur passion, leur vision inaltérée et de suivre leur travail forcené. Ils ont approché Antoine Tschumi, le célèbre designer de Neodesis qui dessine depuis plus de 20 ans pour de grands noms tels Breguet, Harry Winston ou Greubel Forsey.
 


Il fut immédiatement conquis par l’idée et l’équipe : « J’ai la chance de pouvoir choisir avec qui je souhaite travailler. L’un des facteurs les plus déterminants pour moi est l’humain. Quand j’ai rencontré Michal et son équipe, cela a fonctionné tout de suite. Le défi de dessiner une pièce chargée d’émotions qui traduise la sensibilité et la complexité de Chopin était très motivant ». Ensuite Michal avait besoin d’un constructeur. Schwarz Etienne s’imposa naturellement en tant que véritable manufacture indépendante de La Chaux-de-Fonds. Le jeune CEO explique : « Ils maîtrisent en interne tous les savoir-faire horlogers dont nous avions besoin. Ils possèdent une marque forte et offre aussi une excellente activité de « private label ». Ils peuvent réaliser des mouvements de A à Z, jusqu’au balancier et au spiral. Ils ont de plus la capacité de produire des boîtiers de haute qualité. Pour couronner le tout, c’est une équipe de personnes fabuleuse : travailleurs, intransigeants et fun...comme nous ». Le projet était en bon chemin. Le résultat est spectaculaire : Chopin Opus 10 N.12.
 

Chopin Op. 10 No. 12 "The Revolutionary"

Détails et émotions

Nous sommes typiquement en présence d’un garde-temps qui respire l’horlogerie indépendante. Plus on le scrute, plus les détails se révèlent, plus les émotions grandissent. Le cadran possède plusieurs niveaux, chacun avec sa finition. Le cercle extérieur est blanc avec des index « bâtons » double en PVD bleu...sauf le 10 et le 12 en chiffres romains en hommage à l’Opus 10 N.12 de Chopin. Le centre est squeletté afin de voir pleinement les ponts et les rouages principaux et de comprendre immédiatement que nous sommes en présence d’un bijou mécanique. À 9 heures, l’indicateur des 96 heures de réserve de marche est un élégant clavier de piano. À 6 heures le sous-compteur des petites secondes indique le nom entier de la pièce : Opus 10 N.12, Chopin, Revolutionary Etude.
 

Chopin Op. 10 No. 12 "The Revolutionary"

Comme une invitation à creuser plus loin dans l’œuvre du maître pour comprendre quand a été écrite ce chef d’œuvre musical : pendant la révolte polonaise de novembre 1831. Cela confère encore plus de profondeur et d’émotion à l’ensemble. Sous un certain angle, on aperçoit une touche rouge sous le compteur des secondes. C’est un disque de cornaline rouge pour symboliser le cœur de Chopin qui fut rapatrié en Pologne et incorporé dans un pilier de l’église de la Sainte Croix de Varsovie. Les aiguilles des heures et des minutes – bleues, elles aussi, pour une lisibilité parfaite – sont raffinées, élancées et romantiques comme la musique de Chopin. Enfin, la signature de Chopin, extraite de sa correspondance écrite, sous le contrôle strict de l’Institut Frédéric Chopin, trône fièrement à 12 heures. Et ce n’est que le cadran !
 

Les savoir-faire Schwarz Etienne

La boîte en acier inoxydable 316 L est composée de 5 parties qui s’intègrent de façon invisible. Les flancs s’ornent d’un guilloché délicat inspiré du couvercle de la montre de poche que Chopin reçu à l’âge de 10 ans alors qu’il était déjà un jeune prodige musicien multipliant les concerts à travers l’Europe. Les cornes plongeantes offrent au boîtier de 43mm un confort excellent au porté...et sont en forme de pieds de pianos. Détails, détails, détails. Retournons la pièce et le fond saphir dévoile une vue parfaite du mouvement mécanique à remontage manuel MSE210 développé par Schwarz Etienne exclusivement pour Chopin watches.
 


Les deux barillets délivrant l’imposante réserve de marche sont entièrement décorés avec les dates importantes de la vie de Chopin, ainsi que de sa devise que la marque a fait sienne : « Le temps est le meilleur des censeurs et la patience le plus parfait des professeurs ». Les platines et ponts sablés arborent l’écriture à la main de Chopin gravée au laser. La touche finale est la roue de balancier rouge qui évoque à nouveau le cœur de Chopin. Une prouesse technique en soi car le revêtement altère l’équilibre de la roue et demande une précision de réglage accrue.
 

Chopin Op. 10 No. 12 "The Revolutionary"

Au final, cette Chopin Opus 10 N.12 est une splendide garde-temps de haute horlogerie animée par un fantastique calibre de Schwarz Etienne et révélant une multitude de détails chargés d’émotions. Cette série limitée à 56 pièces affiche un prix de CHF 14'500 (TVA incluse) et sera sans aucun doute très prisée des collectionneurs. Cinq ont déjà trouvé preneur à la soirée de lancement à Varsovie...
 

Chopin Op. 10 No. 12 "The Revolutionary"