beyner

Prix Gaïa 2004 – André Beyner, lauréat pour l’ensemble de sa carrière

ngénieur horloger diplôméde l’Universitéde Neuchâtel, AndréBeyner a menéune carrière fructueuse notamment au sein de l’entreprise Ebauches SA en qualitéd’ingénieur tout d’abord, puis de directeur technique et enfin de directeur général adjoint.

Ingénieur conseil indépendant dès 1984, il préside de 1993 à 1999 le CEH III, successeur du Centre Electronique Horloger créé en 1962 à l’initiative de l’industrie horlogère suisse en vue de la recherche sur l’application en horlogerie et sur la miniaturisation des mouvements àquartz. Il a collaboréau projet de la première montre bracelet àquartz en 1967, la bê̂ta 21, puis il a développéau sein de l’entreprise Ebauches SA la production des composants pour la montre à quartz: circuits intégrés, moteurs pas-à-pas, affichages à cristaux liquides.

On lui doit notamment l’idée et les premières esquisses de la montre extra-plate Delirium qui a étélancée en janvier 1979. Le fond du boîtier devient le support des éléments constitutifs de la montre et àce titre on peut dire que cette réalisation contient en germe la conception de la future Swatch. 

André Beyner a donc activement participé à l’évolution de l’industrie horlogère suisse par ses travaux et recherches permettant à cette dernière de prendre les virages nécessaires face à la concurrence japonaise notamment.

Il a également eu d’autres engagements pour la recherche et la diffusion des connaissances en horlogerie, notamment au sein du CSEM (Centre suisse d’Electronique et de Microtechnique, héritier du CEH) en qualité d’administrateur et de secrétaire du Conseil, du COSC (Contrôle officiel suisse des chronomètres) comme président, ou de la Fondation SOVAR (Fondation  neuchâteloise pour le soutien àla Recherche appliquéeet orientée) comme président, ainsi qu’en qualité́d’enseignant àl’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne.