randall

Prix Gaïa 2003 – Anthony G. Randall. Catégorie Artisanat-Création

Récompensé pour son parcours exceptionnel de restaurateur, constructeur et concepteur de mouvements d'horlogerie, d'inventeur et d'innovateur et enfin d'auteur de nombreuses études historiques et techniques

Formation

Physicien et horloger

Œuvres choisies

  • Reconstruction de la montre marine H4 de l'horloger John Harrison sous la forme d'une pendulette 8 jours, afin de mettre en évidence son mécanisme.
  • Restauration de tourbillons, chronomètres et pièces compliquées, montres à répétition, oiseaux chanteurs notamment.
  • Pocket chronometers, marine chronometers and other portable precision timekeepers, Catalogue of watches in the British Museum 6, Londres, 1990.

L'avant Gaïa

Dès son plus jeune âge, Anthony G. Randall est attiré par les montres et les horloges qu'il démonte et répare. Avant de se plonger dans le monde de l'horlogerie, il entreprend des études supérieures en physique à l'Université de Manchester. Diplômé en physique en 1960, à l'âge de 22 ans, il est engagé à la Cambridge Scientific Instrument Company sur le projet Scanning Electron Microscope.

Mais, sa passion pour l'horlogerie toujours présente, l'amène à poursuivre des études dans ce domaine parallèlement à son activité de physicien. Dans un premier temps, en Angleterre, il suit les cours par correspondance du British Horological Institute dont il obtient le titre de Fellow (compagnon) en 1963. Puis, dans un deuxième temps, il poursuit ses études en horlogerie en Suisse, au Technicum de La Chaux-de-Fonds. Dans le cadre de cette formation, il réalise un chronomètre de bord, le Calibre 65.

De retour en Angleterre en 1965, il travaille pendant quelques mois comme restaurateur pour George Daniels, à Londres. Toujours la même année, il est nommé professeur d'horlogerie à l'Ecole Polytechnique de Birmingham. Six ans plus tard, il choisit de quitter l'enseignement afin de se consacrer à l'élaboration du catalogue des chronomètres de marine notamment, du British Museum. Dans le cadre de ses recherches, dès le début des années septante, Anthony G. Randall s'attelle entre autres à l'étude systématique des échappements à force constante, des balanciers et des spiraux, afin de résoudre les problèmes de l'aimantation, mais aussi pour améliorer la compensation thermique. Ses nombreuses recherches le conduisent à l'élaboration de tourbillons particuliers dont un modèle pourvu de deux axes de rotation (Brevet GB n° 2027232 août 1978).

Quant à ses recherches historiques, elles le mènent à s'intéresser au mécanisme de la montre marine H4 de l'horloger anglais John Harrison. C'est pour cette raison qu'en 1993, pour le tricentenaire de la naissance de ce grand horloger, Anthony G. Randall réalise la reconstruction de cette montre marine sous la forme d'une pendulette huit jours afin de mettre en évidence le mécanisme exceptionnel, mais également pour en analyser ses propriétés et sa précision.

Ainsi dès 1970, Anthony G. Randall cumule les activités de restaurateur, constructeur, consultant, chercheur, historien et auteur.