GPHG 2012

Carlo Lamprecht redore le Grand Prix d’Horlogerie de Genève

Avec le Grand prix de l'Horlogerie de Genève, Carlo Lamprecht parvient à faire venir le Président de la Confédération et veut aider à perpétuer l'excellence helvétique. Rencontre…

Par Eric Othenin-Girard
Journaliste spécialisé

Ancien conseiller d'Etat, chargé du département de l'économie publique, Carlo Lamprecht n'a rien du «retraité télé».

Au contraire, pour faire monter en puissance le Grand prix d'horlogerie de Genève, dont il assume la présidence de la fondation, il est partout, dans les soirées, les manifestations de tous genres, à Genève et ailleurs. Car, à travers le Grand prix, ce n'est pas seulement du rayonnement de la cité de Calvin dont il s'agit, mais aussi de celui de la Suisse entière!

Carlo Lamprecht at GPHG 2012

- Carlo Lamprecht, comment passe-t-on du Conseil d'Etat genevois à la présidence du Grand prix de l'horlogerie?

- Après huit ans passés au gouvernement de la République et Canton de Genève, je connaissais bien sûr le Grand prix, qui avait d'ailleurs obtenu des aides du canton, sous forme de prestations notamment. Lorsque j'ai été contacté, en 2005, j'étais déjà convaincu de l'importance de cette manifestation qui permet de soutenir et démontrer l'excellence de l'horlogerie suisse. Donc, quand les gens d'Edipress m'ont proposé de créer une fondation qui devrait abriter le prix, j'ai dit oui. J'étais en effet certain que c'était la meilleure manière de faire perdurer ce prix et qu'à travers une fondation nous pourrions "l'officialiser".

- Vous avez donc cherché des partenaires…

- Oui et les deux premiers, naturellement, furent le Canton et la Ville de Genève, qui rejoignirent Edipress, propriétaire de la manifestation. Mais, je voulais aussi adjoindre la branche horlogère. C'est ainsi que j'ai pu intégrer le Musée International d'Horlogerie de La Chaux-de-Fonds et la Fondation du Poinçon de Genève. Nous avons ainsi  pu mettre sous toit cette fondation indépendante qui permet de faire rayonner l'industrie de la montre à l'étranger.

Pour cela, nous organisons, en plus de la cérémonie du mois de novembre au Grand Théâtre de Genève, des expositions de montres participant au Grand prix dans plusieurs pays lors de chaque édition.

GPHG 2012's ceremony

- Ce sera à nouveau le cas cette année?

- Oui nous sommes d'ores et déjà certains d'exposer les montres à Pékin, à Dubaï, à Genève, bien sûr, et nous sommes en pleines tractations pour les présenter aussi à Singapour et à Macao. C'est donc aussi une ouverture importante pour les marques horlogères qui participent puisque nous organisons également, dans chaque endroit, des journées thématiques. Enfin, nous imprimons une revue qui présente la sélection des montres.

- Comment les marques font-elles pour participer, sont-elles choisies ou s'inscrivent-elles elles-mêmes?

- Chaque marque est libre de s'inscrire, c'est son choix. Son inscription lui coûte 5'000 francs au total. Cette année, enfin à la date du 11 juillet, nous avons 93 marques inscrites, soit 5 de plus que l'année passée. Et comme le précise notre règlement, le Grand Prix est ouvert à toutes les marques horlogères, sans distinction de nationalité. Mais, seules sont admises à participer les montres commercialisées après mars 2012 – sauf pour le Prix de la Grande Complication, ouvert aux montres commercialisées après mars 2011 – et, au plus tard, avant le 15 novembre 2013.

Les marques peuvent présenter au concours une ou plusieurs montres (six au maximum), de modèles variés, inscrites dans des catégories différentes. Un même modèle ne peut être inscrit que dans une seule catégorie. Enfin, les marques choisissent librement la catégorie dans laquelle elles inscrivent chaque montre.

The Grand Théâtre of Geneva illuminated

- Il y a, sauf erreur, 10 catégories…

- Exactement, d'abord la catégorie Grande Complication, c'est-à-dire des montres proposant au minimum trois grandes complications combinées (quantième perpétuel, équation du temps, répétitions minutes, tourbillon, chronographe à rattrapante, etc.). Ensuite, les catégories Dame, Complication pour Dame, Homme, Complication pour Homme, Innovation, Joaillerie, Métiers d’Art, Sport et Petite Aiguille, soit des montres dont le prix public est inférieur à 7'500 francs.

- Et ces garde-temps sont présentés à un jury international?

- Oui, nous avons voulu étoffer notre Jury et il a donc subi passablement de modifications au cours de ces dernières années. Nous l'avons ouvert, élargi et nous sommes ainsi très représentatitfs. Il est présidé par M. Aurel Bacs, le directeur international du département des montres de Christie's Suisse.

Parmi ses membres, je peux citer notamment le designer Philippe Stark qu'on ne présente plus, Viren Bhagat, joailler, collectionneur, d'Inde, Moritz Elsaesser, horloger rhabilleur CW 21, président de Mainly Watches, collectionneur, des USA, Dominique Fléchon, historien et expert auprès de la Fondation de la Haute Horlogerie, John Mayer, chanteur, guitariste, producteur et collectionneur, également des USA, tout comme Marcel Philippe, procureur adjoint de la ville de New York, collectionneur, pour n'en citer que quelques-uns..

- Et puis vous élargissez l'influence du prix en invitant des personnalités politiques.

- J'ai estimé que, pour donner davantage de poids à la manifestation, la participation du Conseil fédéral était un atout. Ainsi, nous avons eu Mme Calmy-Rey, M. Berset et, cette année, nous pourrons compter sur la participation de M. Ueli Maurer, président de la Confédération. Nous avons également un pays invité d'honneur. Cette année ce sera la Chine, à travers ses ambassadeurs à Berne, à l'ONU et à l'OMC.

Stephen Forsey at GPHG 2012

- Par effet de mode la Chine?

- Absolument pas. Vous le savez, notre pays vient de signer un accord commercial important avec la Chine, la ligne aérienne Genève-Pékin a également été ouverte en 2013 et je pense qu'il était naturel de marquer le coup.

- Mais pour réaliser tout cela, il faut de l'argent.

- Bien sûr et ce n'est pas si facile d'en trouver. Heureusement, nous avons un partenaire bancaire important avec la banque Rothschild et d'autres allant du monde de l'hôtellerie en passant par la restauration, l'immobilier et d'autres activités. C'est une aide importante qui nous permet, en maintenant ce grand prix, de perpétuer l'excellence horlogère suisse.