Baselworld 2018, le jour du son en trois tonalités
Baselworld

Baselworld 2018, le jour du son en trois tonalités

Baselworld, jour J. Le salon d’horlogerie de Bâle ouvre ses portes. Avec, en entrée, un problème de son à résoudre. Mon écouteur bluetooth ferait-il des siennes? Ça tombe mal vu mes trouvailles du jour…

Par Joël A. Grandjean
Contributeur

Jour premier d’une semaine placée sous le signe de l’horlogerie mondiale, quelque peu amputée d’un grand nombre de ses acteurs, environ la moitié par rapport à 2017. Tandis que certains communicants maudissent déjà l’oubli fatal de leur énième batterie de rechange, leur téléphone portable étant déjà en mode ‘surchauffe’, voici que je m’en prends verbalement à cet espèce d’attirail connecté qui me sert d’écouteur et de parloir pratique. Ce n’est pas le moment qu’il me lâche, l’actualité du jour étant quelque peu chargée de sons.
 

Baselworld 2018, cérémonie d'ouverture

Premier son du jour, la Répétition Minutes d’ArtyA

Ou comment Yvan Arpa s’approprie les fondamentaux de l’horlogerie des grands maîtres ainsi que les complications-mère. N’allez pas croire que parce que le parcours de ce créateur est jonché de coups d’éclat, de faits et gestes à fort potentiel médiatique ou de raccourcis communicationnels, qu’il n’est pas au fond un puriste pétri de respect pour les valeurs les plus jusqu’au-boutistes des arts horlogers. Il l’avait déjà prouvé avec l’aventure de la marque éphémère Spero Lucem. C’était d’ailleurs aussi une épopée qu’il avait initiée avec Pierre-Laurent Favre, le fondateur de MHC - Manfuacture de Hautes complications - un motoriste à qui les répétitions minutes contemporaines doivent quelques unes de leurs plus belles heures de gloire. Après, que la quête du son le plus fort fasse partie de la comm’, pourquoi pas? Au moins viendrons-nous nous faire notre propre idée en allant tendre l’oreille du côté des Ateliers, en Halle 1, au Stand 62.
 

ArtyA Répétition Minutes

Deuxième son du jour, Raymond Weil lance

Le deuxième son du jour va ravir les fans de rock, pas forcément les ‘milleniums’. Au fait, les «enfants» du rock ont-ils un âge? AC/DC, le groupe mythique, semblerait parvenir encore, malgré le temps qui use ceux qui en abusent, à prendre la route des tournées mondiales. Cette légende de la musique le fera désormais avec en son sillage une série limitée de montres, en tout 3000, signées Raymond Weil. L’arrivée de la deuxième génération des Bernheim, les petits enfants du père fondateur Raymond Weil, a permis à la musique, fil rouge des collections de la marque, d’ajouter au registre du classique ceux des musiques actuelles. La pièce est donc un remix du succès horloger Freelancer. Elle respire l’énergie originelle du groupe. De plus, comme le chanteur d’AC/DC qui a éventré son pantalon pour offrir à son public une vue sur ses guiboles, la pièce se dote d’une ouverture sur le cadran, permettant d’observer la course immuable du balancier.
 

Raymond Weil Freelancer AC/DC Edition Limitée

Troisième son du jour, De Bethune Starry Varius

Le troisième son qui me parvient de cette journée peuplée de nouveautés est un son imaginaire. Celui d’un violon de grande valeur auquel le nom d’une œuvre chronométrique rare fait allusion. Avec sa Starry Varius, la marque DeBethune redonne le la et offre à sa DB25 traditionnelle un univers sonore sur fond d’un de ces bleus dont la marque possède le secret. L’horloger virtuose du XXIème siècle revit. Cette pièce célèbre son cœur qui bat de nouveau, riche de pulsations nouvelles.
 

De Bethune DB25 Starry Varius

Autres bruits et sons de cloche

Finalement, les autres sons furent nombreux ce jour. Il y eut cette fermeture d’un bracelet à boucle déployante chez Rebellion, produisant un bruit sec, façon capot que l’on referme. Un claquement qui rappelle à quel point la dimension ludique domine l’esprit créatif des collections de cette marque également habituée à d’autres genres de décibels, émanant ceux-ci des circuits de course automobile. Il y eut aussi, chez Louis Moinet, la bande-son des premiers pas humains sur la lune, petite piqure de rappel du temps qui passe et nous replonge au cœur de l’année 1969.
 

Rebellion T2M

Il y eut enfin, mais ça c’est une autre histoire, le son voulu des tambours flokooriques lancés à l’assaut de la scène où se déroula la conférence de presse. Un son qui empêcha toute question de fuser d’une salle peuplée de journalistes et de caméras branchées en mode streaming. Bref, le son martial d’un entêtement qui ressemble fort à de la surdité chronique. Ouf, ici ou là, quelques voix amicales, dont celle d’une hôtesse prompte à me trouver un casier, me remit du baume au cœur. A Baselworld, mon bluetooth s’est remis à marcher. Me voilà dans les starting blocks, rempli d’une ferveur intouchable.

Maurice Lacroix Aikon: aux sources du futur

Par Vincent DaveauRédacteur France
Inspirée du modèle Calypso, l’icône de Maurice Lacroix dans les années 1990, la ligne Aikon se pare pour la première fois de calibres mécaniques à...

OMEGA, avoir l’univers pour terrain de jeu

Par Vincent DaveauRédacteur France
Pour 2018, OMEGA choisit de dévoiler à Baselworld un éventail de produits appelés à séduire absolument toutes les catégories de consommateurs. Un large...

Mathey-Tissot et sa 1886: la nouveauté dont tout le monde parle

Par Joël A. GrandjeanContributeur
L’une des enseignes suisses les plus riches en histoire horlogère et en designs iconiques lance à Baselworld 2018 une création signée Eric Giroud. Un...

Bvlgari Octo Finissimo Tourbillon Automatic: et de quatre!

Par Vincent DaveauRédacteur France
Magnifique d’équilibre, la ligne Octo Finissimo de Bvlgari n’en finit pas de repousser les records en matière de finesse mécanique et de prouver...